Sur la route en toute sécurité, avec votre caravane ou mobil-home

 

Pour éviter tout problème, chargez correctement votre motor-home ou caravane et vérifiez notamment si vous avez le permis de conduire adéquat, si le dispositif d’attelage est correct et si vous ne dépassez pas la masse maximale autorisée.

 

IBS

 © IMPACT 360



Votre caravane (ou mobil-home) doit être techniquement en ordre

Avant le départ, assurez-vous que votre mobil-home (ou caravane) soit en ordre technique à tous points de vue et les pneus en excellent état.

N'oubliez pas les documents de bord et les équipements obligatoires du véhicule (triangle de danger, trousse de secours, extincteur homologué, au moins 1 gilet de sécurité rétroréfléchissant).

Informez-vous sur les règles de conduites applicables à l'étranger.

Si vous tractez une caravane, des rétroviseurs latéraux supplémentaires garantiront une bonne visibilité vers l'arrière.

 

Masse maximale autorisée du train de véhicules

Le fabricant du véhicule tracteur détermine le poids maximum de l’ensemble formé par le véhicule tracteur et la caravane. Cette masse maximale (MMA) autorisée ne peut jamais être dépassée. Elle est indiquée sur le certificat d'immatriculation et le certificat de conformité de votre véhicule.

Il est également important de connaître la capacité de chargement de votre caravane qui est relativement faible. Une caravane chargée ne peut dépasser la masse maximale autorisée déterminée par le constructeur. Elle figure sur le certificat d'immatriculation et sur le certificat de conformité de votre caravane.

Vérifiez par conséquent si votre véhicule peut remorquer votre caravane en toute sécurité. Le poids que votre voiture est autorisée à tracter, se trouve mentionné notamment sur le certificat d'immatriculation, le certificat de conformité et le certificat de contrôle technique.

 

Chargez correctement votre caravane ou mobil-home 

L’ensemble du train de véhicules (voiture et caravane) doit être chargé minutieusement. Une caravane trop lourde ou mal chargée peut compromettre votre sécurité. Une caravane correctement chargée, en revanche, réduit la consommation de carburant et réduit les risques d’embardées, d'éclatement d’un pneu ou d'accidents.

  • Emportez suffisamment mais pas trop de matériel, pour éviter la surcharge.
  • Votre train de véhicules étant plus stable lorsque votre voiture est plus chargée que votre caravane, il est recommandé de limiter le poids de votre caravane chargée à maximum 75% du poids de votre voiture chargée (= poids de la voiture + poids du conducteur, des passagers et des bagages).
  • Pour éviter que votre voiture ne soit poussée vers le haut ou vers le bas lors d'un brusque freinage, l’ensemble du train de véhicules doit maintenir une bonne tenue de route horizontale. Le centre de gravité de la boule de remorquage est déterminant pour ce faire.
  • Placez les objets lourds, dans la voiture et la caravane, soit aussi bas et aussi près que possible, soit au-dessus de l'essieu. Les bagages plus légers peuvent être rangés dans les casiers supérieurs de la caravane/mobil-home.
  • Répartissez de manière équilibrée, de chaque côté, les bagages dans votre caravane.
  • Fermez tous les placards, fenêtres et lucarnes. Attachez les objets placés à l’extérieur, tels que les antennes paraboliques.
  • Empêchez que les objets et bagages, placés dans votre voiture ou caravane ne puissent se déplacer. Vous pouvez les arrimer ou les disposer sur un tapis antiglisse.

 

Couplage et attelage de remorque

Pour une conduite en toute sécurité, votre voiture et votre caravane doivent être correctement couplées.

La connexion la plus importante est la tête d’attelage de votre caravane qui est fixée à la boule de remorquage de votre voiture. Vérifiez régulièrement l'usure du dispositif de verrouillage et lubrifiez-le suffisamment.

Le crochet de remorquage de votre voiture doit bien être entretenu et homologué. Vous ne pouvez pas le charger plus lourdement que ce qui est indiqué sur la plaquette du dispositif d'attelage.

Le poids qu’exerce le timon sur votre attelage est nommé force du point d’appui de l’attelage. Afin de ne pas influencer la conduite, cette pression ne doit jamais être trop élevée ou trop faible et doit toujours rester dans une certaine marge. Ce poids diffère d'un véhicule à l'autre, mais se situe généralement entre 45 et 75 kg. Le constructeur automobile détermine ce poids maximal autorisé. Il est indiqué sur la plaque signalétique de l'attelage et le certificat d’immatriculation, le certificat de conformité et le certificat de contrôle technique. S'il y a une différence, consultez le mode d’emploi du véhicule.

Vous pouvez facilement mesurer la force du point d’appui de l’attelage à l‘aide d’une jauge, que vous pouvez acheter auprès d'un revendeur de caravanes ou de remorques.

Dans le cas d’une remorque avec freins comme une caravane, vous devez attacher correctement le câble de freinage d’urgence au véhicule tracteur. Si la connexion entre votre voiture et votre caravane vient à se rompre, le système de freinage de cette dernière est déclenché et maintenu.

 

Chargement d’un mobil-home

Vous ne pouvez jamais charger votre mobil-home au-delà de sa masse maximale autorisée (MMA). Elle comprend notamment, outre le poids du véhicule, le poids du conducteur et de ses passagers, le poids du carburant dans le réservoir, le remplissage du système d'eau potable, une bouteille de gaz, des outils et un cric, des câbles, des connexions et une batterie supplémentaire sans compter les bagages et autres…

Bon nombre de mobil-homes atteignent très rapidement ce poids maximal autorisé.

 

De quel permis de conduire faut-il disposer ?

Tout est fonction de la masse maximale autorisée du train de véhicules.

Si la MMA du train de véhicules (voiture et caravane) ne dépasse pas 3500 kg, le permis de conduire B est suffisant.

Le permis de conduire B avec un code 96 sera nécessaire si votre train de véhicule est composé d’un véhicule tracteur de la catégorie B et d'une remorque dont la masse maximale autorisée excède 750 kg sans dépasser 3.500 kg, sous réserve que la masse maximale autorisée de l'ensemble formé par le véhicule tracteur et sa caravane n'excède pas 4.250 kg.

Si la MMA du train de véhicules est supérieure à 4.250 kg (max. 7.000 kg), vous avez besoin d'un permis de conduire BE.

Vous n'êtes pas obligé de passer un autre examen théorique pour obtenir le permis de conduire BE. Le permis de conduire B obtenu avant le 1er janvier 1989 est également valable pour la catégorie BE.

 

Permis de conduire nécessaire pour un mobil-home

Si la MMA de votre mobil-home ne dépasse pas 3500 kg, un permis de conduire B suffira. Votre mobile home peut dans ce cas transporter un maximum de huit personnes (chauffeur non compris).

Si la MMA est supérieure à 3 500 kg (et au maximum 7 500 kg) et que votre véhicule dispose de huit places maximum (hors conducteur), vous avez besoin d'un permis de conduire de la catégorie C1. Pour obtenir un permis de conduire C1, vous devez d'abord réussir un examen théorique et vous devez également passer un examen médical avant de démarrer votre formation pratique.

 

Les règles de circulation

Respectez le code de la route partout, même à l'étranger !

  

Werner VAN CANT
Commissaire de police er

 

Roland POTOMS
Inspecteur principal de police er

 

Source: secunews.be ©

 

 

Comment rendre un parc sécure pour tous ?

 

Dans les villes, les parcs sont de précieux lieux de détente mais ils peuvent aussi être source de malaise, notamment pour les femmes. Des aménagements peuvent réduire le sentiment d’insécurité et favoriser la convivialité de ces espaces de rencontre.

 

IBS

 © Secunews



Le sentiment d’insécurité

Une enquête de sécurité réalisée par la police fédérale en 2018 révèle que les femmes se sentent beaucoup moins en sécurité que les hommes dans l’espace public. Elles évitent certains endroits de la ville, hésitent à sortir quand il fait noir, etc.

Pour de multiples raisons, les parcs deviennent ainsi des espaces inquiétants pour les femmes. Elles s’y rendent rarement seules et évitent d’y passer même si c’est un raccourci.

Dans l’objectif de réduire ce sentiment d’insécurité, un projet de recherche participative a donné la parole aux femmes par le biais de marches exploratoires. En tant qu'usagères de l'espace public, elles se sont exprimées sur leur sentiment d’insécurité. Pourquoi se sentent-elles mal à l’aise en rue ? Comment pensent-elles un espace attractif pour tous ?

Au terme du projet, elles ont émis quelques recommandations visant notamment l’aménagement des parcs.

  

Des espaces pour tous

Les espaces les plus attractifs du parc doivent pouvoir être utilisés par plusieurs groupes d’usagers au même moment et de différentes manières. Une bonne mise en réseau doit faciliter l’accès à tous ces espaces afin d’éviter que des groupes d’usagers monopolisent les espaces les plus attractifs.

Dans les parcs les plus petits, il faudra permettre à différents groupes d’usagers de se côtoyer sur des espaces limités, et donc être particulièrement attentif aux éléments (de jeux, de séjour) qui délimitent ces lieux restreints sans pour autant constituer des obstacles visuels.

Dans de grands parcs, les espaces sans fonctions particulières devront été aménagés de manière à favoriser le contact social entre des personnes qui ne se sont pas encore approprié les différents espaces : par exemple, installation de bancs en face à face.

Un espace peut également être dédié aux sans-abri afin qu’ils puissent séjourner sans déranger les autres usagers du parc.

 

Des aménagements pour tous les âges

Les parcs doivent être aménagés pour répondre aux besoins des usagers de tous âges. Pour les jeunes particulièrement, les espaces ainsi que le mobilier seront pensés aussi bien pour les filles que pour les garçons.

Des aires de jeux clôturées seront dédiées aux enfants en bas âge. Les accompagnants pourront se poser dans un espace agréable connexe qui permette d’exercer une surveillance visuelle.

Des toilettes publiques et des points d’eau potable seront prévus afin que les usagers du parc, et plus particulièrement les familles, puissent profiter des espaces verts plus longtemps.

Les personnes âgées seront accueillies dans des zones plus protégées tout en permettant une relation visuelle vers des zones plus fréquentées. Ces aires seront aménagées à l’aide de simples tables (destinées par exemple à des jeux de société) ou par des terrains de pétanque ou jeux d’échecs géants.

 

Une accessibilité aisée

La mise en réseau des sentiers du parc doit permettre d’y accéder rapidement. De panneaux de signalisation à l’entrée mais aussi dans le parc doivent faciliter l’orientation des usagers.

Les sentiers doivent être suffisamment larges pour accueillir marcheurs et joggeurs. Les personnes à mobilité réduite ne devront pas être oubliées lors de l’aménagement de sentiers.

Afin de favoriser le contrôle social, les allées principales du parc seront visibles et transparentes. De même, l’éclairage des sentiers sera prévu, d’autant plus si de grands arbres empêchent la luminosité naturelle.

Les usagers seront encouragés à découvrir le parc. Pour les enfants, les sentiers donnant sur l’extérieur du parc seront équipés de quelques éléments invitant au jeu. Les pourtours du parc seront étudiés de sorte que les trottoirs deviennent des chemins parallèles aux sentiers du parc et invitent les piétons à fréquenter cet espace vert.

La prise en compte de ces quelques suggestions par les élus locaux et/ou professionnels de l’aménagement du territoire devrait permettre de diminuer le sentiment d’insécurité des femmes, mais également de reconsidérer les parcs comme des espaces de bien-être essentiels pour tous. Ils constituent également de véritables points de rencontres entre habitants, encourageant la création de liens et favorisant la cohésion sociale au sein des quartiers.

 

Delphine CHARLOT

Licenciée en criminologie

Direction Prévention et Sécurité, Ville de Charleroi

 

Source: secunews.be ©

 

 

Voyages à l’étranger : se prémunir contre le vol

Les voyages peuvent tourner au cauchemar si l’on est victime d’un vol ou que l’on perd ses documents. Prenez un minimum de précautions avant votre départ et soyez vigilant lorsque vous êtes sur place.

  

IBS vol etranger

© Patrick Decorte

 

 

Avant de partir …

• Renseignez-vous sur votre destination. Dans certains pays, le «vol à la tire» est récurrent, certaines régions peuvent présenter des risques liés à des remous politiques, des conflits latents ou une criminalité spécifique.

• Répertoriez les principaux contacts et adresses utiles dans les pays de destination : ambassade, consulat, ….

• Faites une copie de tous vos documents d’identité (carte d’identité, passeport, etc.) : ces copies pourront vous faciliter les démarches en cas de vol ou de perte.

• Vérifiez la date de validité de votre passeport en fonction du/des pays de destination. Il est préférable de garder constamment son passeport sur soi. Faites 2 copies de la page principale de votre passeport : une copie doit être emmenée en voyage, à un emplacement distinct du passeport, la deuxième doit être laissée au pays.

• Vérifier la validité et la couverture de vos assurances professionnelles et privées.

• Encodez votre n° de registre national, et les différents numéros utiles :

Card Stop : 070 344 344 ou depuis l'étranger +32 70 344 344,

Doc Stop : 00800 2123 2123 ou +32 2 518 2123.

• Voyagez "léger" : dans la mesure du possible, évitez d’emporter trop de liquidités. Ne prenez avec vous que les documents et les cartes bancaires indispensables : votre carte SIS, par exemple, ne vous sera d’aucune utilité.

• Si vous emportez votre ordinateur, faites une sauvegarde avant le départ. Ne sous-estimez pas les risques de vol de votre portable et de vos données confidentielles.

• N’oubliez pas de sécuriser votre domicile. Relisez les conseils de précautions à prendre à ce sujet.

 

 

Les bons gestes sur place

• Placez vos documents et objets de valeur en lieu sûr (coffre de l’hôtel, etc.). Si cela s’avère impossible, évitez de ranger tous vos documents au même endroit. 

• Informez-vous auprès de la direction quant aux mesures de sécurité existantes et assurez-vous de leur effectivité. Fermez votre porte et vos fenêtres, même lorsque vous occupez la chambre. Ne vous fiez pas à une chaîne ou loquet qui n'empêche pas une intrusion.

• Lors de vos excursions, rappelez-vous qu’un touriste est vite repéré. Il représente une cible de choix pour les pickpockets, particulièrement dans des lieux très fréquentés tels que les marchés. N’affichez aucun signe extérieur de richesse (montre de marque, collier, etc.).

• Tenez votre sac devant vous en cas d’affluence. Ne laissez jamais sans surveillance un bagage ou autre colis.

• Séparez argent, clés et documents d’identité que vous portez sur vous. Mettez-les dans une poche intérieure fermée et dans une pochette ventrale.

• Si vous devez vous séparer de votre GSM, ou de votre ordinateur portable, retirez la batterie et/ou la carte SIM.

  

Arduino ZAGO et Christian ARNOULD

Source: secunews.be ©

 

 

BE-Alert m’avertit personnellement en cas d’urgence !

Le Système BE-Alert permet d'être averti en cas de situations d'urgence telles que tempête, inondation, incendie important ainsi que pour les mesures Covid. Comment puis-je être alerté ? Que faire pour m’inscrire ?

IBS

© IMPACT 360

 

Depuis plus de trois ans déjà et à l’initiative du Gouvernement fédéral, le système BE-Alert permet à toute personne enregistrée de recevoir des messages d’alerte ainsi que des instructions utiles pour réagir efficacement en cas d’incident majeur. Toutes les provinces et la plupart des villes et communes sont inscrites sur le site be-alert.be.

  

Quel est le but de BE-Alert ?

Le système permet d’alerter immédiatement la population via différents canaux (SMS, téléphone, mail) lorsqu’une situation d’urgence le requiert : inondations, incendie important, tempête pouvant entraîner des risques pour les biens et les personnes, pollution de l’eau, incident nucléaire, etc.

Lors de tels événements, les Bourgmestres, les Gouverneurs de province ou le Ministre de l’Intérieur peuvent, s’ils l’estiment nécessaire, déclencher l’alerte auprès des populations concernées.

Les messages en question recommandent très concrètement les mesures de protection ou d’évacuation à prendre : fermer portes et fenêtres, ne pas consommer l’eau du robinet, etc. Ils indiqueront en outre une source d’information fiable complémentaire qu’il conviendra de consulter pour plus de détails.

Ce système trouve également tout son sens dans le cadre des mesures de lutte contre le Covid-19 et permet de rassurer la population autant que la prévenir des éventuelles nouvelles mesures prises par le gouvernement.

L’existence de BE-Alert n’exclut bien évidemment pas l’emploi des moyens d’alerte classiques tels que le porte-à-porte, les sirènes communales, les réseaux sociaux, etc.

 

Comment et dans quel cas puis-je être alerté ?

Une inscription en ligne préalable

Afin de pouvoir bénéficier des alertes, il vous suffit simplement de vous inscrire en ligne sur le site BE-Alert et indiquer vos coordonnées personnelles telles que vos nom/prénom, adresse, numéro de téléphone. Une option sourd/malentendant pourra également être activée. Vos données personnelles seront protégées.

Lors de votre inscription, il vous est également possible d’encoder plusieurs adresses. Vous pourrez ainsi, par exemple, être alerté en cas de situation d’urgence survenant près de votre lieu de travail ou l’école de vos enfants, si vous les avez préalablement encodés.

A noter cependant que ce dispositif d’urgence prévoit aussi une alerte spécifique qui ne nécessite pas d’inscription préalable : ALERT-SMS. Réservé aux situations très graves, ce canal d’urgence prévoit l’envoi d’un message à tous les GSM ouverts dans une zone dangereuse.

Néanmoins, s'inscrire est recommandé car cela permet d'être alerté dans tous les cas, même lorsqu'on se trouve loin de son domicile, de l'école de ses enfants, de l'adresse de parents âgés, etc.

 

Pour quel événement ?

Les événements pour lesquels vous pouvez être alertés ne sont pas limitatifs. Il peut s’agir par exemple d’une explosion, une fuite de gaz, un dégagement de fumées toxiques, un incident nucléaire, des vents de tempête, inondations, etc. Les autorités n’ont pas établi d’événement type ni de liste exhaustive de situations dangereuses mais l’objectif poursuivi est clairement d’alerter le plus rapidement possible la population chaque fois qu’un incident comportant des risques (domestiques, naturels, technologiques, …) conséquents peut concerner un grand nombre de personnes simultanément.

Dans le cadre de la crise du coronavirus, le Gouvernement utilisera donc désormais entre autres, le système BE-alert pour communiquer avec la population.

Le site https://www.info-risques.be/fr recense quant à lui, très clairement, les situations d’urgence potentielles ainsi que les bonnes réactions à adopter avant, pendant et après l’évènement en question.

 

Quelle est la plus-value de BE-Alert ?

Ce système permet une communication très ciblée à l’échelle d’une rue, d’un quartier, d’une zone déterminée. Il offre aussi l’avantage d’alerter rapidement la population de manière uniforme et très claire. Le contact se fait en direct, sans intermédiaire et sans ambiguïté : de l’autorité au citoyen impliqué.

Ce dispositif permet par conséquent d’agir de manière proactive dans des délais très courts, ce qui diminue les risques pouvant affecter les biens et les personnes. A titre d’exemple, BE-Alert peut envoyer 100 sms par seconde, effectuer 600 appels simultanés et envoyer 10.000 mails par seconde.

  

Kevin RIGA

Aspirant Commissaire de Police

Master en Criminologie

Source: secunews.be ©

 

 

Le film anti-effraction pour décourager le cambrioleur

Comment empêcher un cambrioleur de forcer une fenêtre sans barreaux ni verre feuilleté ? Sans constituer une solution définitive, le film autoadhésif anti-effraction offre plusieurs avantages dont le fait de renforcer le vitrage et de résister aux chocs.

Souvent, les conseillers en prévention vol constatent que les fenêtres n’ont que très peu, voire aucune protection. Si le remplacement complet des châssis n’est pas envisagé, ils recommanderont de placer un ou des verrous, une poignée à clef sur la fenêtre existante … Reste la vitre, partie très fragile, composée de simple, double ou triple vitrage.

 

bris vitre IBS

© Free Images



La fenêtre sans protection ne posera pas de problèmes au voleur

Souvent, en cas d’effraction, le cambrioleur brisera la vitre pour avoir accès à la clenche. Ce qui lui permettra de rentrer aisément dans votre habitation. La vitre de votre habitation ne résistera qu’une fraction de secondes aux coups portés par le voleur.

Pour rappel, les trois éléments principaux d’une fenêtre, dite de sécurité sont :

  • Les poignées de fenêtre avec serrure à clé.
  • Les verrouillages à tête champignon qui garantissent une protection anti-décrochement contre les effractions à l’aide d’un tournevis ou d’un pied de biche. Attention à ne pas les confondre avec les têtes rondes présentes sur la majorité des fenêtres, celles-ci assurant uniquement l’étanchéité.
  • Le verre feuilleté composé d’un minimum de quatre couches de PVB (Polyvinyl butyral).

 

Les atouts du film anti-effraction

Si vous n’avez pas la possibilité de placer du verre feuilleté, il existe une solution alternative qui est le film anti-effraction.

Ce film autoadhésif s’applique sur une surface vitrée ordinaire, sur la face intérieure de la vitre. En renforçant le vitrage, il retarde l’effraction et peut la déjouer. En cas de choc, la vitre va s’étoiler et le verre restera en place, comme dans le cas du verre feuilleté.

Le film anti-effraction offre pas mal d’avantages :

  • Il résiste aux chocs et évite les éclats de verre
  • Il résiste au feu car il se consume sans créer de flammes
  • Il sert de protection contre les vents violents en évitant que les débris de verre ne tombent à l’intérieur de l’habitation
  • Il peut éviter les blessures en cas de bris de vitre accidentel
  • Il peut également se placer sur une porte d’intérieur en verre, ce qui évitera les blessures suite à une chute.


Si vous n’êtes pas bricoleur ou si vous n’êtes pas sûr de vous, il est conseillé de faire appel à des professionnels pour le placement de ce type de film qui existe en plusieurs épaisseurs, en fonction de la performance attendue et de la grandeur de la vitre. Le film doit se poser en continu, c’est-à-dire qu’il faudra un seul film par vitrage, sans raccord.

Vérifiez également que le produit possède une certification délivrée à la suite de tests permettant d’évaluer la résistance des matériaux de protection contre l’intrusion (Temps de résistance en fonction du type d’outil utilisé par le malfaiteur).

Les vitrages sont régis par la norme Européenne EN 356, anti-vandalisme et anti-effraction.

À titre informatif, ce type de film peut être utilisé pour protéger les vitres des voitures. En effet, si le pare-brise est composé de verre feuilleté ce n’est pas toujours le cas des vitres latérales.

 

Autres conseils

N’oublions pas qu’aucun système n’est infaillible mais il doit être dissuasif : plus la résistance est forte, plus vite l’auteur sera découragé dans sa tentative de pénétrer chez vous.

Il ne faut évidemment pas se limiter à placer un film sur la vitre. Le bris de vitre n’étant pas la seule façon de pénétrer par la fenêtre.

Il est conseillé de placer une clenche à clef, ce qui empêchera le voleur, s’il arrive à faire un trou dans la vitre, d’y passer la main pour actionner la clenche.

De plus, celle-ci évitera le vol à la chignole, technique qui consiste à forer un trou dans le châssis à l’aide d’une perceuse, puis d’introduire une tige métallique permettant de faire pivoter la clenche.

Sur le châssis, placez un ou plusieurs verrous si la fenêtre ne possède pas de verrouillages à tête champignon.

Le jour où vous décidez de changer vos châssis pour améliorer l’isolation de votre maison, il serait dommage de ne pas saisir cette occasion pour rendre l’accès à votre habitation plus sécurisé.

Le conseiller en prévention vol de votre zone de police (ou commune) vous donnera les informations utiles pour vous aider dans votre choix. Sa visite est gratuite, n’hésitez donc pas à faire appel à lui.

 

Pascal Pintsch

Commissaire de police,
Conseiller en prévention vol de la zone de police de Semois et Lesse

Source: secunews.be ©

 

A PROPOS

 

IBS existe depuis plus de 35 ans. La société fut fondée dans le souci d'apporter à ses clients une sécurité optimale.

Avec de nombreux collaborateurs et installations à travers tout le territoire national, IBS est un des principaux acteurs sur le marché belge en matière de sécurité.

N° d’entreprise : BE 0426.405.367
N° du ministère de l’intérieur : 20046630
N° agréation incert Intrusion : A-0024
N° agréation Incert Vidéo : VA-0024

Contact

Avenue Mercator 1

1300 Wavre

Téléphone: 0800 20 199

Email: info@ibs-security.be

Image