Les bons réflexes en cas d'inondation

 

Des pluies diluviennes peuvent être la cause d’inondations en quelques heures. Il convient donc de se préparer en conséquence et de réagir rapidement en cas d’alerte pour protéger vos proches et limiter les dégâts matériels.

 

IBS

 © IMPACT 360



Précautions à prendre si vous êtes dans une zone inondable

● Téléchargez une application météo sur votre smartphone. Celle-ci vous enverra des notifications en cas d’alerte. L’IRM propose une application gratuite avec un service de notifications que vous pourrez configurer en fonction de vos besoins.

● Consultez le site internet de votre commune pour prendre connaissance de toutes les mesures et aides mises en place. Par exemple, dans les communes régulièrement touchées par les intempéries, des sacs de sable peuvent être réservés. Une aide spécifique peut également être offerte aux personnes qui ne pourraient pas faire face à la situation d’urgence provoquée par les dégâts.

● Avec l’aide des services concernés, analyser les risques et prenez les mesures adéquates pour éviter des dommages majeurs à vos installations électriques, de chauffage et citernes.

● Nettoyez et dégagez régulièrement vos égouts, rigoles et gouttières …

● Equipez-vous de matériaux étanches pour le soupirail, de planches résistant à l’eau et sacs de sable pour protéger vos portes

● Installez du matériel de surélévation pour la cave et l’étage inférieur

● Prévoyez une pompe à eau, des bottes, seaux et raclettes

● Vérifiez la couverture de votre assurance habitation et pensez à bien informer votre organisme d’assurance d’éventuelles modifications ou ajouts (abri de jardin, piscine…)

 

En cas d’alerte

1. Evitez de rouler sur les voiries inondées. Si votre moteur s’arrête au milieu des eaux, vous risquez de ne pas pouvoir redémarrer et vous serez alors contraint d’abandonner votre véhicule. Immobilisé, celui-ci deviendra un obstacle sur la route pour les services d’intervention d’urgence. Si la situation n’impose pas une évacuation, il est fortement conseillé de limiter les déplacements.

2. Restez en contact avec vos proches et informez-les de votre situation et de vos éventuels déplacements.

3. Placez des sacs de sable devant la porte d’entrée, les portes fenêtres et la porte de garage.

4. Montez à l’étage vos documents importants (contrats, factures, garanties…), vos objets et matériels de valeur.

5. Faites une réserve de nourriture et d’eau potable. L’eau de ville peut ne plus être potable en cas d’inondation.

6. Préparez les médicaments que vous prenez régulièrement, des vêtements et de l’argent dans le cas où vous devriez procéder à une évacuation d’urgence.

7. Prévoyez une lampe de poche et une radio fonctionnant avec des piles (pour pouvoir rester informé).

8. Surélevez, avec des parpaings par exemple, le mobilier qui peut l’être, ainsi que les produits polluants et matériels coûteux.

9. Mettez votre véhicule en sécurité.

10. A l’extérieur, fixez tous les objets qui pourraient être emportés et balisez par sécurité les chemins d’accès et les plans d’eau (piscines …).

 

Pendant l’inondation

1. Fermez toutes les portes, fenêtres et soupiraux.

2. Coupez le gaz et l'électricité. Mais ne rentrez pas dans votre habitation pour le faire si celle-ci est déjà inondée. Les inondations peuvent être la cause d’électrocution et d’incendie.

3. Ne restez pas au rez-de-chaussée ou au sous-sol.

4. Ecoutez la radio pour vous tenir informé de l’évolution de la situation et pour prendre connaissance des consignes des autorités.

5. Appelez le 1722 pour des interventions non-urgentes des pompiers et le 112 si une vie est en danger.

6. Suivez les conseils des sauveteurs.

 

Après l’inondation

• Nettoyez et désinfectez les pièces de votre maison touchées par l’inondation.

• Ouvrez portes et fenêtres pour évacuer au plus vite l’humidité.

• Prenez des photos de tous les dommages encourus et contactez votre assureur.

 

Stéphane Peeters
IMPACT 360

 

Source :

https://www.ethias.be/pro/pdf/fiche-info8-prevention_du_risque_d_inondations.pdf

https://www.info-risques.be/fr/risques/risques-naturels/inondation

Source: secunews.be ©

 

 

Mémo bien utile avant de prendre la route des vacances

 

Un long voyage en voiture se prépare en conséquence : véhicule en ordre, bagages correctement placés et attachés, équipements et documents à emporter, choix de l’itinéraire. Un rappel des précautions à prendre en guise de checklist.

 

 

IBS

 © Patrick Decorte



Le véhicule et les bagages

Outre le bon état de tous les feux, des freins, des amortisseurs et des pneus, pensez à :

 

• nettoyer les pare-brise, vitres, rétroviseurs, phares et feux

• vérifier les balais d’essuie-glaces et le niveau du lave-glaces

• contrôler l'état de vos pneus, la bande de roulement et si les sculptures sont encore suffisamment profondes (3 mm), sans oublier le pneu de réserve. Ajoutez 0,2 à 0,3 bar aux pressions préconisées en fonction du chargement 

• répartir les bagages de façon équilibrée dans l'auto. Placez les objets de préférence dans le coffre, les plus lourds au milieu et le plus bas possible

• prévoir au besoin une remorque ou une galerie de toit. Ne surchargez jamais une auto ou une remorque et ne chargez pas votre galerie trop en hauteur ; limitez aussi le poids (environ 50 Kg sur la galerie d'une petite voiture). Veillez à toujours bien arrimer les bagages et vélos sur le toit de la voiture avec des sangles solides

• si vous utilisez un coffre de toit, positionnez-le au milieu et ne le chargez que d'objets légers que vous fixerez convenablement

• lorsque vous devez malgré tout mettre des objets à l'intérieur du véhicule, placez les plus lourds à l'arrière, sur le plancher

• dans l’habitacle, attachez tous les objets pouvant être projetés en cas de freinage brusque ou collision

• si vous devez transporter des vélos ou une chaise roulante, vous pouvez attacher à l'arrière de l'auto un porte-vélos d'attelage mais ce dernier ne peut pas ressortir de plus d'un mètre et s'il dissimule les feux, vous devrez prévoir un éclairage supplémentaire. N'oubliez pas non plus que la plaque d'immatriculation doit rester visible, ce qui vous obligera de fixer une reproduction dans certains cas.

 

Les équipements et documents à emporter

 

• la notice (instructions) du véhicule et si possible un set d'ampoules et de fusibles

• l’extincteur (toujours à portée de main), le triangle de signalisation et la trousse médicale

• un gilet rétro-réfléchissant pour le conducteur et chaque passager

• une lampe de poche avec piles de rechange

• les numéros à appeler en cas d'urgence ou de panne

• les documents de bord officiels, le permis de conduire de tous ceux qui conduisent et les cartes d'identité de chacun

• une paire de lunettes de réserve pour les conducteurs, au cas où ...

 

L’itinéraire, la météo et les réglementations

 

GPS ou non, mieux vaut préparer son trajet, en tenant compte notamment de la météo et de pauses régulières. Prévoir un horaire souple permettra aussi de ne pas se mettre trop de pression sur les épaules …

Limitations de vitesse, permis de conduire, équipements obligatoires, numéros d’urgence en vigueur dans les pays visités … sont des informations utiles à consulter avant le départ. Vous pouvez trouver notamment ces renseignements sur le site de la Commission européenne et/ou télécharger gratuitement l'appli "Aller à l'étranger".

  

Christian ARNOULD et Werner VAN CANT

Source: secunews.be ©

 

 

Louer un hébergement touristique ? Oui, mais pas n’importe comment !

 

Les plateformes de location telles que Airbnb ou Booking ont élargi l’offre d’hébergements touristiques et beaucoup sont tentés de louer leur bien à des vacanciers. Que doivent respecter les exploitants de gîtes à Bruxelles et en Wallonie ?

 

IBS

 © Patrick Decorte



En Région wallonne

Selon l’article D 201/1 du code du tourisme [1], tout exploitant d’un hébergement touristique est tenu de faire une déclaration auprès du Commissariat Général au Tourisme. Au vu de la définition que donne le code de l’hébergement touristique, cette obligation s’applique même à la mise en location d’une simple chambre sur Airbnb.


Cette déclaration permet au propriétaire de l’hébergement touristique de démontrer qu’il respecte les conditions imposées par le code pour pouvoir le mettre en location, à savoir :

 

1° disposer d’une attestation de sécurité incendie ou, le cas échéant, d’une attestation de contrôle simplifié

 

2° ne pas proposer une durée de séjour inférieure à une nuit

 

3° disposer d’une assurance couvrant la responsabilité civile des dommages causés par l’exploitant ou par toute personne en charge de l’exploitation de l’hébergement touristique

 

4° ne pas avoir été condamné en Belgique pour une infraction qualifiée au livre II, titre VII, chapitres V, VI et VII, titre VIII, chapitres Ier, IV et VI, et titre IX, chapitres Ier et II, du Code pénal, ou prononcée à l’étranger en raison d’un fait similaire à un fait constitutif de l’une de ces infractions, sauf s’il a été sursis à l’exécution de la peine et que le condamné n’a pas perdu le bénéfice du sursis.

 

L’attestation de sécurité incendie doit être sollicitée auprès du Bourgmestre de la commune concernée. Il s’agira soit d’une attestation de contrôle simplifié si l’hébergement a une capacité maximale inférieure à dix personnes soit d’une attestation de sécurité incendie dans les autres cas. Alors que l’attestation de contrôle simplifié est délivrée sur simple production des certificats de conformité de l’installation électrique, de chauffage et de gaz, l’attestation de sécurité incendie implique un avis du Service Incendie sur la conformité de l’hébergement aux normes applicables.

 

 

Pour les hébergements de grande capacité, c’est-à-dire pouvant accueillir plus de 15 personnes, le code du tourisme impose en outre de respecter une des deux conditions suivantes :

 

1° être en dehors d’un noyau habité, à une distance garantissant la quiétude des riverains ;

 

2° l’exploitant de l’hébergement touristique ou la personne chargée de la gestion journalière de l’hébergement touristique assure la présence d’un responsable dûment mandaté en permanence sur place ou à proximité immédiate et veille à la bonne application du contrat de location ainsi qu’au strict respect de la quiétude des riverains.

 

L’exploitant d’un tel hébergement doit en outre s’assurer que les occupants de ce dernier respectent les riverains et leur quiétude normale.

 

A défaut de respecter les obligations prévues par le code du tourisme, l’exploitant d’un hébergement touristique pourra se voir infliger une sanction pénale ou une amende administrative voire même pourra voir son établissement fermé par le Bourgmestre en cas de défaut d’attestation de sécurité incendie ou de contrôle simplifié.

 

Enfin, on signalera que l’utilisation d’une dénomination officielle telle que hôtel, gîte rural, meublé de vacances, … sans respecter les conditions spécifiques à l’usage de telles dénominations listées aux articles D 222 et suivants est interdite. L’utilisation d’une dénomination officielle n’est néanmoins pas obligatoire pour mettre un hébergement en location.

 

Lien utile : https://www.tourismewallonie.be/gerer-un-hebergement-touristique

 

 

En Région de Bruxelles capitale

 

A Bruxelles également, la mise en location d’un hébergement touristique est subordonnée à l’accomplissement d’une déclaration préalable auprès de Bruxelles Économie et Emploi. La notion d’hébergement touristique est suffisamment large pour couvrir la mise en location d’une ou de plusieurs chambres chez l’habitant. Cette déclaration permettra à l’exploitant d’obtenir un numéro d’enregistrement dans une des catégories d’hébergement touristique existantes pour autant que les conditions prévues par les articles 5 et suivants de l’ordonnance du 8 mai 2014 relative à l’hébergement touristique soient remplies.

 

Les conditions qui s’appliquent à l’ensemble des hébergements touristiques sont sensiblement les mêmes qu’en Wallonie à savoir notamment disposer d’une assurance responsabilité civile, ne pas avoir été condamné pour certains types d’infractions ou encore disposer d’une attestation de sécurité incendie ou de contrôle simplifié (pour les hébergements de moins de 10 personnes) délivrée par le Bourgmestre.

 

On retrouve en plus l’obligation de fournir une attestation de la commune quant au respect par l’hébergement de la réglementation relative à l'aménagement du territoire et aux règles urbanistiques en vigueur et l’obligation de maintenir en permanence l’hébergement dans un bon état d’hygiène et d’entretien. On ne retrouve par contre pas d’exigence spécifique aux établissements de grande capacité.

 

Suivant la catégorie à laquelle il appartient, l’hébergement touristique devra en outre respecter des conditions spécifiques. Ainsi, pour ce qui concerne la mise à disposition d’hébergement chez l’habitant, la réglementation prévoit des conditions plus strictes qu’en Wallonie.

 

Il est prévu notamment que l’exploitant ne peut mettre en location plus d'un établissement d'hébergement chez l'habitant et doit y établir sa résidence principale, qu’il ne peut accueillir plus de quinze touristes en même temps et qu’il doit s'engager à s'impliquer personnellement, éventuellement avec la ou les personnes qui vivent habituellement sous le même toit, dans l'accueil des hôtes, à leur réserver un accueil personnel de qualité, à mettre tout en oeuvre pour faciliter leur séjour et à les aider dans leurs recherches d'informations de nature touristique. On notera également que l’hébergement doit disposer de sanitaires réservés aux occupants des chambres d'hôtes.

 

L’exploitant d’un hébergement touristique qui ne respecte pas les obligations qui s’imposent à lui pourra se voir infliger une amende administrative voire un ordre de cessation d’activité par les inspecteurs de Bruxelles Economie et emploi.

 

Lien utile : http://werk-economie-emploi.brussels/fr/hebergement-touristique

 

 

Arnaud RANSY

Juriste, spécialisé en matières environnementales

Union des Villes et des Communes de Wallonie

Source: secunews.be ©

 

 

Les risques liés à la foudre : comment s'en préserver ?

La météo des jours d’été et même les bourrasques de l’hiver peuvent être ponctuées d’épisodes de pluies accompagnées d’orages parfois violents. La foudre, notamment, peut occasionner de grands dégâts et provoquer directement ou non des accidents. Comment s’en prémunir ?

 

Foudre IBS

© Patrick Decorte

 

La foudre est un courant électrique

Phénomène électrique extrêmement violent, la foudre provoque de façon instantanée un courant électrique très important qui, par ses effets intrinsèques, peut déclencher des incendies et, sur des conducteurs à proximité, engendrer des courants très forts qui détruisent les appareils et installations électriques.

La chaleur à l'endroit où se produit l'éclair peut atteindre des milliers de degrés et enflammer l'objet qu'il touche (arbre, charpente, paille,…) .

L'induction électromagnétique, comparable à une onde radio de très forte intensité, engendre des courants très élevés dans les conducteurs qui sont traversés ou qui sont à proximité d'un éclair. Ces courants sont tels qu'il occasionnent, jusqu'à l'intérieur des appareils, des dégâts similaires aux courts-circuits.

L'homme est très sensible aux courants électriques et, à fortiori, les courants engendrés par la foudre sont potentiellement mortels pour lui.

 

CONSEILS DE PREVENTION 

 

Risque d'incendie

L'usage du paratonnerre est une précaution indispensable. Le conducteur de celui-ci, raccordé à la terre, déviera les courants dangereux de l'installation à protéger.

 

Risque électrique

• Ne téléphonez pas avec un poste fixe.

• Débranchez tous les conducteurs de vos appareils (prises de courant, câbles d'antenne, de téléphone et réseau). Il existe également des blocs d'alimentation et de réseau de protection mais ils doivent être raccordés à un bon dispositif de mise à la terre. Un petit plus, ramasser les fils afin que leur dimension soit la plus réduite possible : plus la longueur est grande, plus le courant qui est induit est important.

 

Pour les personnes, à l'extérieur

• Réfugiez-vous immédiatement dans un immeuble clos et en dur, ou dans un véhicule (habitacle en métal). Fermez portes et fenêtres. A l'intérieur d'un véhicule, restez assis, les mains sur les genoux, ne touchez pas les éléments métalliques.

• Ne restez pas à proximité des endroits qui attirent la foudre (clocher, toit, même paratonnerre, arbre isolé dans une plaine). Evitez de constituer vous-même un point d'attrait pour celle-ci. N'utilisez pas de parapluie.

• Evitez les espaces ouverts (champ), les plans d'eau, les lisières de forêts. Un fossé où l'on peut se coucher constitue aussi une protection mais moins efficace.

• Si vous ne pouvez quitter à temps un endroit ouvert, restez accroupis et tête baissée, mains sur les oreilles et pieds l’un contre l’autre. Ne vous couchez jamais à plat par terre. Si vous êtes à plusieurs, séparez-vous d'au moins 2 mètres, les uns des autres.

 

Pour les personnes, à l'intérieur

• Fermez portes et fenêtres et éloignez-vous de celles-ci.

• Evitez de prendre un bain ou une douche.

• Ne restez pas près d'une cheminée, d'un feu ouvert, ni de conduites et objets en métal.

 

Jean-Paul CHARLIER
Commandant de Services Incendie er

Source: secunews.be

 

 

Comment puis-je protéger la porte de garage contre le cambriolage ?

 

Lorsqu’on vise à se protéger des intrusions, la porte de garage est souvent négligée, à tort bien évidemment. Elle permet en effet d’accéder discrètement au véhicule, à des vélos et à nombre d’objets ainsi que bien souvent au reste de l’habitation. Ce point faible peut-il être sécurisé et comment ?

 

porte garage IBS

© Patrick Decorte



Les types de portes de garage

Vous avez plusieurs types de portes de garage, leur protection nécessitera donc une approche différente. Voici les plus courantes : 

  • La porte de garage battante ou pliante composée de deux panneaux ou plus
  • La porte de garage basculante débordante
  • La porte de garage basculante à contrepoids ou ressorts
  • La porte sectionnelle

 

La porte (souvent en bois) à ouverture battante ou pliante de plusieurs panneaux

L’un de ces panneaux servant de porte, les autres pourront facilement être bloqués à l’aide de verrous placés au niveau du sol et sur la partie supérieure du panneau. Le verrou à tige ronde placé au niveau du sol est le plus efficace (forer le sol avec une mèche du même diamètre que la tige).

Pour ce qui est de la porte elle-même, il est indispensable d’y placer une serrure avec un pêne qui pénètre la gâche de 2 cm minimum ou un pêne à crochet ainsi qu’un cylindre avec rosace ou plaque de sécurité. Possible aussi : une serrure en applique à 3 points de fermeture

 

La porte basculante débordante

Il s’agit d’une porte qui, lors de son ouverture, déborde sur l’extérieur. Elle est munie d’une poignée centrée verrouillable en façade et est guidée par des rails. Elle peut être dotée d’un portillon.

Il existe plusieurs façons de la protéger contre le vol :

La manière la plus simple et la moins coûteuse consiste à forer un trou dans les rails de la porte et d’y placer une tige métallique pour empêcher l’ouverture. Evidemment, il sera impossible d’ouvrir le garage par l’extérieur, il faudra donc quitter la maison par une porte ayant une protection suffisante.

Une autre solution, placez un verrou avec serrure donnant à l’extérieur de la porte. Optez pour un système de fermeture à 3 points qui confère une sécurité supplémentaire (2 points latéraux dans le bas de la porte et 1 point sur la partie supérieure)

Placer un système anti-ouverture qui se fixe au sol, au pied de la porte et qui nécessitera l’usage d’une clef pour être enlevé.

 

La porte basculante non débordante

La porte s’ouvre sans déborder sur l’extérieur.

  • Ici le système à fixer au sol est quelque peu différent. Fixé au sol mais également à la porte, il se débloque à l’aide d’une clef. 
  • La solution préconisée en premier lieu pour la porte de garage basculante débordante est bien sûr d’application en présence de rails.

 

La porte sectionnelle

En général, cette porte est motorisée et dispose d’un dispositif de verrouillage anti-soulèvement.

Vous pouvez placer un clavier à code à l’extérieur ce qui permettra d’ouvrir la porte sans utiliser la commande électrique. Vous pourrez ainsi donner l’accès à la maison à la personne qui est chargée de la surveiller lors de vos vacances, vous pourrez lui donner un code provisoire sans devoir lui donner une clef qu’elle pourrait perdre.

N’oubliez pas de faire placer une batterie dans le boîtier du système d’ouverture afin que la porte puisse s’ouvrir même en cas de panne de courant ; une batterie n’est pas systématiquement fournie lors de l’achat d’une porte sectionnelle.

 

Pascal PINTSCH

Commissaire de police,

Conseiller en prévention vol de la zone de police de Semois et Lesse

Source: secunews.be ©

 

A PROPOS

 

IBS existe depuis plus de 35 ans. La société fut fondée dans le souci d'apporter à ses clients une sécurité optimale.

Avec de nombreux collaborateurs et installations à travers tout le territoire national, IBS est un des principaux acteurs sur le marché belge en matière de sécurité.

N° d’entreprise : BE 0426.405.367
N° du ministère de l’intérieur : 20046630
N° agréation incert Intrusion : A-0024
N° agréation Incert Vidéo : VA-0024

Contact

Avenue Mercator 1

1300 Wavre

Téléphone: 0800 20 199

Email: info@ibs-security.be

Image