Comment assurer la cybersécurité de votre enfant

De nombreuses failles de sécurité sur internet découlent de comportements inadéquats et d’un manque de connaissances. Eduquer les enfants à la cybersécurité est une clé importante afin de fermer la porte aux menaces.

 

 IBS

© IMPACT 360

 

Dans l'article précédent, nous avons abordé les nombreux pièges que les enfants et les adolescents pouvaient rencontrer dans leurs activités numériques et notamment le mode opératoire des pédoprédateurs en ligne. Nous détaillons à présent des pistes concrètes pour assurer la cybersécurité des plus jeunes afin qu’ils puissent pleinement profiter de leurs activités sur la toile.

 

Sécuriser les écrans

 

  • Contrôlez l’accès aux écrans : laissez votre enfant surfer sur internet dans une pièce commune. S’il a un accès illimité dans sa chambre, il sera plus difficile pour vous de le protéger.
  • Installez une session personnalisée pour votre enfant en activant un logiciel de contrôle parental. Il permet de filtrer l’accès à internet en empêchant de consulter certains contenus sensibles ou illicites (pornographie, violence, racisme).
  • Définissez les paramètres de confidentialité nécessaires sur les applications et les réseaux sociaux afin que les profils restent privés et non ouverts au public.
  • Etablissez ensemble des mots de passe de sécurité pour les sessions et les comptes. Ces mots de passe doivent être différents au cas où l’un d’entre eux serait piraté. Ils ne doivent sous aucun prétexte être communiqués à des tiers.
  • Installez un antivirus qui va éloigner toute menace de cyberattaque.

 

Sensibiliser le jeune : le danger virtuel est bien réel

  • Montrez à l’enfant un reportage sur les pédoprédateurs. Cela n’est pas une légende urbaine et arrive très fréquemment. Faites-lui comprendre que certains adultes, hommes ou femmes peuvent prétendre être des enfants ou des adolescents. L’objectif sera de se méfier des sollicitations en provenance d’inconnus. Il peut seulement accepter des contacts qu’il connait ou qu’il peut identifier comme étant des jeunes de son âge (discussion vidéo).
  • Aidez-le à faire une distinction entre vie privée et vie publique : ne pas donner d’indications personnelles ou privées sur internet, ne pas poster de photos de soi sans votre autorisation ni poster les photos d’un ami à son insu. Ne pas utiliser un pseudo qui mentionne ses noms, prénoms et âges. Cela attire les prédateurs.
  • S’il souhaite voir une personne rencontrée sur internet dans la vie réelle, il doit toujours vous en parler.
  • Apprenez-lui à repérer des situations où il peut se sentir contraint d’adopter des comportements inacceptables (proposition de cadeaux, chantage, menaces).
  • Expliquez-lui que s’il voit ou reçoit quelque chose qui le met mal à l’aise, il ne doit pas chercher à creuser pour en savoir davantage. Il doit se déconnecter et venir directement vous en parler à vous ou un autre adulte de confiance.
  • S’il reçoit des mails suspects d’origine inconnue, il est préférable de ne pas les ouvrir. Les prédateurs utilisent la curiosité des enfants.
  • Parlez sans tabou de ce qu’il pourrait se passer s’il devient une victime et lui rappeler qu’il peut à tout moment venir en parler en toute confiance sans crainte d’une conséquence négative. Il ne sera pas puni, vous ne serez pas fâché même s’il n’a pas écouté vos conseils ou respecté les règles que vous aviez fixées.
  • Restez à l’écoute sans le juger. Parlez de ce qu’il aime faire sur internet, de ses préférences, ses habitudes.
  • Renforcez l’estime de soi et la confiance de votre enfant : cela l’aidera à pouvoir prendre des positions et à s’affirmer davantage.

 

Signes possibles qu’un pédoprédateur cible votre enfant

 

  • Lorsque vous entrez dans sa chambre, il interrompt brusquement ses activités et/ou conversations. Il pourrait cacher une relation que ses parents pourraient désapprouver.
  • Il s’isole pour passer beaucoup de temps sur internet.
  • Vous découvrez des contenus pornographiques sur ses appareils : les jeunes sont très curieux et beaucoup de pédoprédateurs proposent des contenus pornographiques afin d’engager des discussions avec les potentielles victimes.
  • Il a des comptes secondaires : il est important de connaître les comptes en ligne qui ont été créés par votre enfant afin de vérifier à qui il est connecté.
  • Il reçoit des cadeaux et/ou des appels téléphoniques de sources inconnues.
  • Vous remarquez des changements inhabituels dans son comportement à la maison ou à l’école (repli, agressivité, démotivation, angoisses).

 

Que faire si mon enfant est victime d’un pédoprédateur sur internet

  • Si votre enfant reçoit des sollicitations verbales ou des images sexuellement explicites, bloquez directement les personnes en question.
  • Vérifiez les ordinateurs, tablettes et smartphones afin de détecter les éventuels fichiers pornographiques ou toute autre forme de communication à caractère sexuel ou non. Ne les supprimez pas, enregistrez-les ou faites des captures d’écran.
  • Signalez les prédateurs aux responsables des plateformes utilisées par l’enfant.
  • Surveillez l’accès de vos enfants à toutes les communications numériques.
  • Rendez-vous à la police afin de déposer plainte. 

 

Mélanie SAEREMANS
Psychologue – Psychothérapeute

Source: secunews.be ©

 

A propos

IBS existe depuis plus de 35 ans. La société fut fondée dans le souci d'apporter à ses clients une sécurité optimale.

Avec de nombreux collaborateurs et installations à travers tout le territoire national, IBS est un des principaux acteurs sur le marché belge en matière de sécurité.

N° d’entreprise : BE 0426.405.367
N° du ministère de l’intérieur : 20046630
N° agréation incert Intrusion : A-0024
N° agréation Incert Vidéo : VA-0024

Contact

Avenue Mercator 1

1300 Wavre

Téléphone: 0800 20 199

Email: info@ibs-security.be