Vol à l’étalage : développer une stratégie de prévention par magasin 

Afin de ne pas investir de façon démesurée et se protéger inutilement de menaces fictives, il est préférable d’élaborer un plan d’actions après avoir évalué les menaces éventuelles et identifié les problèmes que rencontre son magasin. Les décisions et actions à entreprendre doivent être cohérentes, organisées et strictement respectées dès leur adoption.

 

Vol Etalage IBS

 © Secunews



La formation du personnel comme priorité

La prévention et lutte contre le vol à l’étalage commence par la sensibilisation du personnel afin qu’il puisse observer et intervenir efficacement. En particulier :

- Former l’équipe à reconnaître les modes opératoires les plus fréquemment utilisés par les voleurs et les signaux précurseurs. Connaître les techniques de gestion des comportements agressifs représente une plus-value ;

- Préparer le personnel à gérer une intervention, à travers des exercices de simulation ;

- Le briefer régulièrement sur les procédures de sécurité, l’évolution du phénomène, les bonnes pratiques en termes de prévention et d’intervention ;

- Le passage à la caisse étant décisif pour prendre en flagrant délit un voleur à l’étalage, les caissiers doivent être spécifiquement sensibilisés : ne pas se laisser distraire, s’assurer que tous les produits du chariot sont présentés, observer attentivement la clientèle, etc.

- D’autres conseils ont déjà été abordés dans un précédent article.

 

Une bonne organisation accroît les effets de la prévention

Toutes les démarches entreprises doivent se faire de manière coordonnée et cohérente. Ainsi, l’instauration d’une routine d’activités en adéquation avec le plan de prévention peut contribuer à la création d’un climat permanent de vigilance.

Une bonne gestion du personnel peut par exemple s’exprimer par sa répartition homogène sur l’ensemble du magasin afin de limiter au maximum les opportunités de vol, par la désignation d’effectifs suffisants en fonction des heures ou périodes d’affluence, etc.

Communication et collaboration sont des facteurs qui doivent être stimulés afin que tout le personnel, agents et responsables de sécurité compris, puissent agir et intervenir rapidement et efficacement.

Enfin, un contrôle d’inventaire régulier, global ou ciblé (marchandises de valeur, à risque, etc.), contribue à mesurer l’efficacité de son plan d’action et à identifier les tendances, l’ampleur ou la fréquence des vols subis.

 

 

Repenser la configuration des lieux : innover pour être efficace

Trois configurations sont à examiner et à combiner suivant les marchandises exposées et l'ampleur du flux de visiteurs quotidien:

→ Le rectiligne : cette configuration est l’une des plus employées au sein des commerces de détails. Il s’agit d’un aménagement rectiligne des rayons/lieux d’exposition de la marchandise. Très économique et offrant une vue sur les « couloirs » créés entre les étalages, cette disposition est tributaire de la localisation des entrées et autres points de contrôle (caisses, cabines d’essayage, caméras, miroirs, etc.) du commerce quant à l’efficacité du contrôle social qu’elle fournit.

→ Le diagonal : ne nécessitant pas de grand investissement, cette configuration se distingue de la précédente de par la disposition en diagonale des rayons et étalages. Elle s’avère particulièrement efficace en matière de prévention du vol à l’étalage en raison de la grande visibilité qu’elle confère au personnel du commerce (vue sur plusieurs rayons en même temps) et la fluidité du trafic qu’elle induit.

figA722

 

→ L'angulaire : ce type d’aménagement est plus spécifique en raison de la moindre capacité d’exposition qu’elle procure. Néanmoins, elle offre plusieurs avantages tant au niveau de la visibilité globale que sur son impact sur la fluidité et contrôle du flux de clients mais également les possibilités de présence physique qu’elle permet. C’est tout particulièrement la configuration qu’on retrouve le plus souvent pour des marchandises de type cosmétiques, produits de luxe et bijouterie.

figB722 

Suivant les vulnérabilités de l’infrastructure (angles morts, espace, etc.), les mesures techniques à disposition/existantes (caméras, miroir, portails) et la connaissance de son flux de visiteur moyen quotidien (ampleur, âge, heure d’affluence), il est utile d’envisager une configuration hybride (angulaire/diagonale/rectiligne) afin de réduire efficacement les risques de vol à l’étalage.

Le design comme stratégie, combiné à une bonne identification de sa marchandise CRAVED permet par conséquent d’atteindre, de manière économique, un bon compromis entre les mesures organisationnelles (signalisation, configuration des lieux, etc.) et les mesures de second et troisième niveau que sont les mesures techniques et de sécurité privée.

 

Prévention situationnelle

Afin de limiter les opportunités de vol et de rendre leur réalisation difficile, certains aménagements ou dispositifs de techno-prévention peuvent être mis en place. Il est important de garder en tête que leur efficacité dépend essentiellement de l’utilisation qu’on en fera. Par exemple, un système de vidéo surveillance n’aura de sens que si les caméras sont bien positionnées et l’analyse des images efficace. Quelques conseils :

- Maximiser la visibilité au sein du magasin : réduire la hauteur des étalages, utiliser des miroirs ou des caméras pour couvrir les zones sensibles (articles à risque, angle mort, etc.), veiller à un bon éclairage, à disposer les objets convoités près des caisses (tabac, alcool, etc.), etc.

- Bien canaliser les flux de clients et réduire les délais d’attente aux caisses ;

- Recourir aux tags antivol (électroniques ou à encre), blisters, coffrets, fixation pour les marchandises sensibles suivant leurs caractéristiques (taille, poids, nature, etc.) ;

- Prévoir des tourniquets aux entrées et sorties ainsi que des portails de fermeture afin d’entraver les vols en bandes et la fuite des auteurs ;

- Avertir la clientèle de la présence de dispositifs de sécurité et surveillance à l’aide d’une signalisation claire et visible  

- D’autres conseils pertinents peuvent être consultés dans la brochure Prévenir le vol à l’étalage pour les indépendants et PME réalisée par les SPF Intérieur et Justice.

 

Sébastien Dormaels
Licencié en Criminologie, zone de police Entre sambre et Meuse

 

Source: secunews.be ©

 

 

Sécurité sur internet : bien choisir son mot de passe ! 

Que dois-je faire pour sécuriser efficacement mes comptes sur internet ? Paiements en ligne, réseaux sociaux, loisirs, travail ... des activités variées, faisant partie intégrante de notre quotidien mais nous conduisant de plus en plus à jongler avec de nombreux identifiants/mots de passe. En cas de piratage ou de simples maladresses, l’effet boule de neige est à prévoir.

Afin de pallier ces risques, nous reviendrons sur des conseils pratiques qui contribuent à sécuriser ces comptes électroniques.

 

IBS

© IMPACT 360
 

 

Prendre de bonnes habitudes, adapter son comportement 

- Veillez à toujours séparer vos comptes privés des comptes professionnels ;

- Choisissez un couple identifiant/mot de passe unique par compte important ;

- Pour les comptes où le piratage peut avoir des conséquences graves tant au niveau de la vie privée que professionnelle, optez toujours – lorsque cela est possible – pour une identification à deux étapes : identifiants et mots de passe (classique) et confirmation par autre dispositif (digipass/code) ou sms ;

- Soyez à jour : supprimez les comptes que vous n’utilisez plus.

 

Bien choisir son mot de passe

- Optez toujours pour une «phrase» plutôt qu’un simple mot de passe. La longueur de cette phrase réduit les risques et facilite également sa mémorisation ;

- Le choix d’une phrase qui n’a de sens que pour vous consolide davantage la sécurisation ;

- Combinez à la fois chiffres, lettres majuscules et symboles. Pour rendre plus fort votre mot de passe, placez ces caractères en milieu de texte. Les mots de passe de type [nom]+123 sont trop fréquents que pour assurer une sécurité efficace;

- Evitez d’introduire des données personnelles ou bancaires (codes) au sein des mots de passe ;

 

Assurer la confidentialité de ses identifiants/mots de passe

- Ne jamais communiquer ses mots de passe quelle que soit la personne ou la nature de l’échange ;

- Ne jamais enregistrer ses identifiants/mots de passe dans un navigateur internet ;

- Ne pas conserver/stocker – même temporairement – ces données au sein de votre ordinateur, appareils mobiles ou courriels ;

 

Votre compte a été piraté et/ou vos données privées publiées sur internet ? 

- Avisez immédiatement l’organisation qui héberge votre compte (facebook, outlook, google, etc.) ;

- Modifiez les mots de passe de vos autres comptes ;

- Informez vos contacts via un autre compte/canal de communication du risque de recevoir des messages, virus/malwares et autres pièces jointes infectées par le biais de votre compte piraté ;

- Pour les données bancaires, contactez dans les plus brefs délais votre banque et informez les immédiatement en cas de transactions suspectes ;

- Pour les données professionnelles : prévenez sans attendre votre employeur des risques de vol de données ou de leur publication sur internet ;

 

Sébastien Dormaels
Licencié en Criminologie, Zone de Police Entre Sambre et Meuse

Source: secunews.be

 

 

Restrictions Covid 19 : Vite mon plan bien-être !

A peine sorti d’un confinement, nous voilà de nouveau confrontés à des restrictions de liberté. Sans connaître la fin exacte de la crise sanitaire, notre santé mentale est mise à rude épreuve. Comment protéger notre bien-être psychologique ?

 

IBS

© IMPACT 360

 

Dans des circonstances normales, une soirée entre amis, l’anticipation de vacances, une rencontre fortuite avec un collègue, un moment cinéma… sont des activités du quotidien qui nous permettent de maintenir notre bien être psychologique, sans gros efforts.

En période de restriction, nos vies s’en trouvent comme diminuées, coupées de ce qui fait sens et nous procure du plaisir. Cela est de nature à nuire à notre santé mentale par du stress, de l’anxiété, des problèmes de sommeil. 

Confrontés à des mesures verrouillant nos activités « bien être psychologique », il nous faut dès lors être plus proactif, plus intentionnel pour garder le contrôle, autrement, de ce qui nous fait du bien et qui ne se réalise plus de manière naturelle.

 

Voici quelques conseils pour se construire un plan bien-être :

 

Explorez ce qui fait sens dans votre vie

Qu’est ce qui est important, significatif pour vous et qui peut vous aider à traverser cette période difficile ? En parler avec une personne de confiance peut vous apporter du positif et faire une grande différence.

 

Conservez votre autonomie

Malgré les restrictions, comment pouvez-vous continuer à vivre selon vos principes ? Sur quels aspects de votre vie avez-vous du contrôle ?

Vous contrôlez ainsi le temps que vous passez à regarder les actualités, ce que vous allez manger, votre organisation quotidienne, votre heure de réveil, votre temps de travail, la nature et le rythme de vos exercices, …

 

Continuez à apprendre

Inclure des opportunités d’apprendre quelque chose de nouveau en cette période de restriction, en vous fixant des objectifs hebdomadaires (sport, formation à distance, groupe de solidarité, …) vous donnera l’impression de garder le contrôle de votre vie et vous valorisera au travers des succès rencontrés.

 

Devenez un bon manager de votre vie

Remplacez votre routine habituelle par une nouvelle, variée et présentant un bon équilibre entre loisirs, travail, apprentissage et activités physiques. Evitez la tentation d’être trop complaisant avec vous-même. Imposez-vous un réveil à une heure constante, de vous habiller même si vous ne sortez pas de la maison … restent de bonnes idées.

 

Investissez dans des relations positives

Via les applications de messagerie électronique, de médias sociaux, de téléphone ou de tchat vidéo. Intéressez-vous activement au bien-être des autres, en particulier de ceux qui sont plus vulnérables. Garder un bon moral et positiver est communicatif.

 

Apprenez à vous connaître

Identifiez vos propres points forts et prenez le temps de les apprécier. Appuyez-vous sur vos forces pour traverser cette période et entrevoir comment les utiliser plus largement une fois cette période terminée. Bien se connaître est une des clés importantes de votre autogestion des restrictions imposées.

Se donner un plan dit de bien-être psychologique aura des avantages immédiats et réduira la probabilité de souffrir de problèmes de santé mentale alors que nous devrons encore lutter longtemps contre les conséquences et les implications profondes individuelles et collectives de la pandémie du Covid 19. 

Il est tout aussi important de reconnaître que chacun fait de son mieux pour faire face à cet énorme défi, à sa manière, avec son état de santé et ses ressources personnelles. Tout le monde ne réagit pas de la même façon à un même événement, et les gens ne manifestent pas leur détresse de la même manière. Nous avons cependant tous une dose de résilience en nous qui nous permet de faire face 

La compassion et la bienveillance envers nous-même et envers les autres restent des valeurs importantes à ne pas perdre de vue, tout comme la solidarité.

  

Thierry DEROUA

Commissaire Divisionnaire er

Licencié en Criminologie, Trainer en attitude coachante

  

Source: secunews.be ©

 

 

Vol garage : est-ce fréquent ? Comment se protéger ?

 

On parle de vol garage lorsque les auteurs entrent dans le garage ou l’habitation par effraction et dérobent les clés du véhicule pendant que les propriétaires dorment ou sont absents. Pourquoi ce mode opératoire réussit-il dans 99% des cas ? Quelles leçons en tirer ?

 

porte garage IBS

© Patrick Decorte


Vol garage … un phénomène sous-estimé ?

Il est question de "vol garage" lorsque les auteurs parviennent à voler un véhicule en dérobant les clés de la voiture SANS avoir de contact avec la victime, le véhicule en question se trouvant dans un garage, sur un emplacement de garage ou stationné en rue devant le domicile.

Ne pas confondre par conséquent le "vol garage" avec le "homejacking", à savoir le vol ou la tentative de vol d’un véhicule au cours duquel les auteurs obtiennent les clés de la voiture en menaçant ou brutalisant la victime.

On dénombre chaque année entre 500 et 700 faits de vols garage. Les vols garage réussissent dans 99% des cas, ce qui suppose que les auteurs préparent leur opération de manière efficace (repérage, intrusion dans le domicile ou garage) et tiennent compte en particulier de l’absence ou de l’inefficacité de mesures préventives de la part des victimes.

La plupart des vols garage sont perpétrés dans les villes de Liège et Namur, mais le phénomène est néanmoins courant sur l’ensemble du pays : communes frontalières, grandes villes, communes rurales, …

Tandis que les cambriolages dans les habitations connaissent un pic durant les mois ‘sombres’ d’octobre/novembre jusqu’à février/mars inclus, les vols garage ne connaissent pas de période privilégiée, aucun mois ni jour de semaine ne ressort spécifiquement des statistiques policières. Il est cependant établi que les vols garage s’opèrent exclusivement durant les heures nocturnes, entre minuit et l’aube (6h). 

Les principales automobiles visées sont les modèles allemands, en particulier Volkswagen, BMW et Mercedes, suivis par les français (Peugeot, Citroën et Renault). Contrairement à ce que l’on aurait pu supposer, les ‘voitures de luxe’ ne sont pas la cible principale des vols garage. Il est probable qu’une meilleure sécurisation de la maison/garage et du véhicule lui-même soit ici un facteur déterminant.

 

 

Mesures de prévention possibles contre le vol garage

 

Rentrez systématiquement l’auto dans votre garage. Si ce n’est pas possible, garez au moins votre voiture hors de vue. Ne communiquez pas dans les médias sociaux la moindre information concernant votre véhicule. 

Lorsque votre véhicule se trouve dans le garage, verrouillez toujours les portières et emportez les documents de bord. Conservez en lieu sûr une copie de ces documents.

Fermez en permanence la porte du garage ainsi que tous les autres accès (porte intérieure, fenêtre, coupole de toit, …). Equipez votre garage de serrures solides, placez éventuellement une caméra de surveillance ou au moins un "éclairage d’alerte".

N’attachez jamais au même porte-clés, les clés de votre maison et de votre voiture. Déposez les clés de votre véhicule à l’entrée de votre domicile, même visibles, afin d’éviter une confrontation éventuelle avec des voleurs qui voudraient s’en emparer (homejacking).

Investissez si possible, lors de l’achat d’un nouveau véhicule, dans un système ‘track-and-trace’.

Signalez immédiatement à la police locale tout agissement suspect dans votre quartier ou dans le voisinage de votre habitation.

Après un vol ou une tentative de vol de votre véhicule ou cambriolage, contactez le plus vite possible la police locale. Préservez les lieux afin que les traces puissent être relevées efficacement.

N’oubliez pas qu’un conseiller de prévention vols de votre police locale ou commune peut vous conseiller gratuitement à propos des mesures de sécurité susceptibles de diminuer les risques de vols et cambriolages.

 

Nicolas CALLANT & Vincent VANDERKELEN
Criminologues et conseillers Police Fédérale Judiciaire

 

Christian ARNOULD
Commissaire divisionnaire er

Source: secunews.be ©

 

 

Criminalité informatique organisée : les tendances 2020

En Europe, les cybercriminels ont su tirer parti de la pandémie du Covid-19 : nouveaux modes opératoires, nouveaux groupes de victimes, … nouvelles opportunités criminelles. Un retour sur le dernier rapport IOCTA d’Europol.

 

IBS

© IMPACT 360

 


Phishing plus sophistiqué

Les stratégies de phishing sont de plus en plus élaborées et globales en ce qui concerne leur emprise : les attaques sont devenues plus rapides, automatisées et à plus grande échelle. Les cas d’hameçonnages détectés par les autorités démontrent un niveau de compétences techniques (moyens, vulnérabilités IT exploitées, etc.) élevé chez les cybercriminels ; un niveau d’expertise soutenu par le darkweb qui permet non seulement de développer ces compétences, mais aussi de disposer plus rapidement d’outils efficaces facilitant les cybercrimes (exploits kits, etc.).

Ce qui se traduit dans la pratique par un niveau de contrefaçon électronique (website, email, etc.) très élevé, rivalisant avec les originaux. D’où la difficulté pour les victimes de pouvoir discerner le vrai du faux.

Une augmentation de l’utilisation de services commerciaux licites (messageries cryptées, VPN, etc.) est également observée et complique l’identification des auteurs ; lorsque les autorités entament des poursuites ou devoirs d’investigation, les cybercriminels sont bien souvent déjà hors-radars.

 

 

Explosion du volume de contenus pédopornographiques

Une forte hausse des contenus d’abus sexuel sur mineurs – ainsi que des faits de grooming et de sextorsion – avait déjà été observée au cours des années précédentes. La crise du Covid-19 a amplifié cette tendance puisqu’une forte poussée de ces contenus a été observée durant ces derniers mois, tout particulièrement lors des pics de confinement en Europe. A un tel point qu’il devient difficile pour les autorités de suivre la cadence et de pouvoir traiter (investiguer, poursuivre, etc.) tous les délits faute de capacités.

Cette progression s’explique d’une part par l’amélioration des moyens de détection de ce type de contenu par les autorités – et partenaires privés – sur internet et d’autre part, par la production plus importante de contenus pédopornographiques en période de confinement. En effet, les enfants ont passé plus de temps en ligne et de fait, les opportunités pour les auteurs de produire, collecter et/ou d’échanger du contenu pédopornographique se sont multipliées.

Si le livestreaming reste le principal moyen utilisé dans la diffusion de contenus (videochats payants, etc.), une amplification de la commercialisation de ce type de prestation est une tendance émergeante qui profite de l’essor des cryptomonnaies : à la demande, les auteurs (passifs) d’abus sexuels sur mineurs peuvent demander à d’autres auteurs (actifs) de commettre en direct ces abus contre rétribution.

 

 

Fraude aux paiements : SIM Swapping et Smishing

L’une des grandes tendances observées cette année, est la recrudescence de certains modes opératoires : le SIM swapping et le smishing.

Le SIM swapping consiste à prendre le contrôle de la carte SIM du téléphone d’un usager via des techniques de social engineering ou de phishing. L’auteur du délit obtient des données à caractère personnel auprès de sa victime et les utilise ensuite pour duper les opérateurs de téléphonie mobile, bien souvent en prétextant la perte, le vol ou le disfonctionnement de la carte SIM. Les données personnelles frauduleusement acquises permettent de répondre aux procédures de sécurité et d’ensuite acquérir une nouvelle carte liée au même numéro de téléphone.

Ce procédé permet au fraudeur de recevoir par la suite les sms de sa victime et d’ainsi prendre le contrôle d’applications clefs (en contournant les procédures d’authentification à 2 facteurs) telles que les messageries électroniques et surtout les applications bancaires. La victime se rend compte du délit seulement lorsqu’elle s’aperçoit que sa SIM est désactivée ou qu’elle n’est pas en mesure d’utiliser son réseau mobile.

En hausse au cours de ces douze derniers mois, le smishing consiste à envoyer via sms des messages trompeurs (impôts, banques, amendes, etc.) bien souvent apostillés de liens renvoyant sur des sites frauduleux destinés à collecter davantage de données et/ou de procéder à des paiements non sécurisés. Le smishing est une alternative très lucrative au phishing traditionnel puisqu’il passe plus facilement inaperçu des institutions dont l’identité est usurpée. Il est donc plus difficile à ces dernières d’avertir rapidement leurs clients.

La pandémie du Covid-19 est un facteur amplificateur en matière de cybercriminalité. Les mesures restrictives ont amené de nombreux citoyens et entreprises à s’exposer davantage aux cyber-risques (télétravail, confinement, etc.) et ont ainsi élargi les opportunités ainsi que l’aspect lucratif de la cybercriminalité. Le contexte socioéconomique dû à la pandémie a favorisé une plus grande dépendance à l’internet, les personnes ont en effet ressenti un plus grand besoin d’informations et ont été plus enclins à baisser leur vigilance en raison de ce nouveau mode de vie, privé et professionnel, que nous sommes en train d’expérimenter.

 

 

Sébastien DORMAELS
Licencié en criminologie

 

Source: secunews.be ©

 

A propos

IBS existe depuis plus de 35 ans. La société fut fondée dans le souci d'apporter à ses clients une sécurité optimale.

Avec de nombreux collaborateurs et installations à travers tout le territoire national, IBS est un des principaux acteurs sur le marché belge en matière de sécurité.

N° d’entreprise : BE 0426.405.367
N° du ministère de l’intérieur : 20046630
N° agréation incert Intrusion : A-0024
N° agréation Incert Vidéo : VA-0024

Contact

Avenue Mercator 1

1300 Wavre

Téléphone: 0800 20 199

Email: info@ibs-security.be