Appels masqués ou inconnus : comment y mettre fin ?

Certains appels téléphoniques peuvent nous plonger dans le doute, surtout lorsque nous n’avons aucune idée de l’identité de notre correspondant. Harcèlement ? Erreur ? Très vite, les appels intempestifs peuvent véritablement devenir un calvaire pour celui qui en est victime.

A travers une série de conseils, nous proposons des mesures simples pour éviter de vivre cette expérience et, le cas échéant, pour y réagir efficacement.

 

 

telephone ibs

© Free Images

 

Numéros cachés et appels intempestifs

La réception d’un appel provenant d’un numéro masqué peut bien entendu se justifier par la profession de l’émetteur, une personne désireuse de ne pas diffuser ses coordonnées ou encore quelqu’un qui a tout simplement oublié de désactiver cette fonctionnalité pour sa ligne fixe ou mobile.

 

Cependant, lorsque ces appels deviennent trop fréquents et dérangeants, il existe deux solutions efficaces pour y mettre un terme :

 

- Activez l’ ACR (anonymous call rejection) de votre gsm ou de votre téléphone fixe ; dans ce dernier cas, cette opération se fera via les services de votre fournisseur, le plus généralement via un de leurs numéros gratuits ;

 

- Bien souvent, ces appels masqués peuvent provenir de call-centers à des fins commerciales. Dans ce cas, ces appels automatisés se poursuivront jusqu’à ce que quelqu’un y réponde. Pour éviter ces appels commerciaux, il suffit de s’inscrire sur https://www.ne-m-appelez-plus.be . Une fois vos coordonnées téléphoniques (fixe et/ou mobile) communiquées, les sociétés et organisations ne pourront plus vous contacter dans le cadre d’actions de marketing direct.

Ce service est renouvelable tous les deux ans.

  

Appels et sms provenant de numéros inconnus

Lorsque les appels intempestifs ou dérangeants (coupure après réponse, bruits, silence, etc.) proviennent d’un numéro inconnu et visible, différents scénarios sont envisageables. Il peut s’agir d’appels commerciaux, d’appels payants frauduleux (surtaxés, souvent avec l’indicatif d’un pays étranger) voire d’un appel malveillant (harcèlement, insultes, etc.).

 

Plusieurs mesures sont possibles :

 

- Bloquez via votre gsm – ou le service lié à votre ligne fixe – le numéro inconnu : tout appel entrant qui proviendra de celui-ci sera automatiquement rejeté ;

 

- Interdisez les sociétés/organisations à vous contacter lors d’actions commerciales (voir supra) ;

 

- Changez de numéro de téléphone fixe/mobile via votre fournisseur ;

 

- Essayez d’identifier l’appelant via les moteurs de recherche (1307, etc.) ou via certaines applications telles que whatsapp, snapchat, etc. Il suffit bien souvent de mémoriser le numéro inconnu dans votre liste de contact et de permettre à ces applications de rechercher les contacts de votre appareil.

 

Si le titulaire du numéro inconnu dispose également d’un compte associé à ces apps populaires, vous aurez éventuellement la possibilité de consulter son profil public (photo, nom, etc.) et donc de l’identifier.

 

 

Victime de menaces ou harcèlement : quelles démarches ?

Si les appels intempestifs proviennent d’un particulier, et que vous avez décidé de ne pas rejeter tous les appels masqués entrants, il vous est possible de compléter un formulaire d’indentification de numéros malveillants et de le renvoyer à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Cette démarche est également valable si le numéro est visible mais inconnu ou s’il s’agit de sms.

 

A l’issue de la procédure, un document reprenant l’identification du titulaire du numéro – pouvant différer de l’appelant – vous seras transmis et permettra, si vous le décidez, de porter plainte auprès de votre police locale.

 

 

Sébastien Dormaels
Master en criminologie

Source: secunews.be ©

 

 

Vols par ruse : identifiez votre visiteur !

En prétextant une offre de services ou un contrôle, les auteurs de vol par ruse se faufilent dans le domicile puis détournent l’attention et emportent leur butin. Quelles bonnes réactions lorsqu'un inconnu insiste pour entrer chez vous ?
 
Nous avons déjà décrit les diverses mesures qui peuvent être prises AVANT de se trouver confronté à des inconnus qui utilisent des subterfuges pour pouvoir entrer dans une habitation (voir référence). 

Attachons-nous ici à rappeler les bons réflexes à suivre lorsqu’un inconnu se présente à votre domicile et insiste pour entrer, peu importe le motif invoqué et/ou l’apparence externe (uniforme, etc.). Ces recommandations visent en priorité les seniors et les personnes qui vivent seules.

  

vol ruse ibs

© Secunews.be

 

Ne permettez jamais à un visiteur suspect de s'introduire chez vous, prenez vos précautions ! 

 

Verrouillez toujours votre porte d’entrée

et gardez à portée de main, les numéros de téléphone de voisins, amis, police, famille ... et gardez à portée de main, les numéros de téléphone de voisins, amis, police, famille ...

 

Méfiez-vous a priori des inconnus Méfiez-vous a priori des inconnus 

qui sonnent à votre porte. Que le visiteur soit d’une présentation très correcte ou qu’il s’agisse d’un enfant, cela importe peu !


N’ouvrez jamais à un démarcheur 

ni à une personne que vous ne connaissez pas et qui vous demande un renseignement, un service, à boire, etc. Si la personne prétexte un motif urgent et vous demande d’entrer uniquement pour téléphoner, prenez note du numéro et composez-le vous-même 


Faites toujours croire au visiteur que vous n’êtes pas seul(e) chez vous.


Si votre visiteur prétexte un motif officiel 

et/ou se prétend fonctionnaire, employé d’une compagnie d’électricité, des eaux, etc., vous avez le droit de l’identifier avec certitude avant de lui ouvrir car un uniforme n’est pas une preuve suffisante :

- demandez-lui de glisser sa carte de légitimation sous la porte et vérifiez-la soigneusement, recto verso 
- ne téléphonez pas au numéro de téléphone que vous donne l’agent ou l’employé : il pourrait s’agir du numéro d’un complice
- en cas de doute, refusez toujours l’accès. N’hésitez pas à appeler un voisin ou la police

 

 

Christian Arnould
Commissaire divisionnaire er

Source: secunews.be ©

 

 

La sécurité des seniors en rue : des conseils pratiques  

 

Que celui-ci soit ou non fondé, nos aînés se sentent souvent en proie à un sentiment d’insécurité lors de leurs déplacements quotidiens. Mais les seniors peuvent néanmoins pratiquer certaines règles de sécurité élémentaires.

 

 

Vol sac IBS 2

© Secunews



Quelques conseils pratiques

Se déplacer intelligemment …

• Lorsque vous sortez, évitez de vous isoler. Dans la mesure du possible, faites vos courses en compagnie d’un parent ou ami. Montrez une saine méfiance vis-à-vis des inconnus qui pourraient vous proposer leur aide. 

• Empruntez des axes fréquentés et bien éclairés. Soyez attentifs à votre environnement et évitez les endroits à risque.

• Marchez de préférence au milieu du trottoir, face aux voitures.

• Si vous vous sentez suivi, dirigez-vous vers un endroit animé ou un commerce. Au besoin, n’hésitez pas à contacter la police (101).

• Fermez toujours correctement votre sac et n’enroulez pas la sangle autour de votre poignet, vous pourriez être blessé si on tentait de vous l’arracher. Portez le idéalement en bandoulière devant vous, la fermeture du côté de votre corps.

• Arrivé à proximité de votre habitation, jetez un coup d’oeil autour de vous et préparez votre clé à l’avance. Si quelque chose vous paraît suspect, rejoignez un voisin.

 

Question d’argent …

• Soyez discret lorsque vous réglez vos achats, n’attisez pas les convoitises en montrant les valeurs que vous transportez.

• Evitez d’avoir une somme importante d’argent liquide sur vous. Le cas échéant, répartissez-la entre différentes poches correctement fermées.

• Préférez le mode de paiement électronique. Mémorisez le code de votre carte bancaire, ne le communiquez à personne et ne l’inscrivez surtout pas sur un papier rangé dans votre portefeuille.

• Ne vous laissez pas distraire lors de vos retraits d’argent au distributeur, cachez votre code secret et n’exhibez pas le montant retiré.

 

Si malgré ces précautions, vous êtes victime d’une agression

• Criez au secours le plus fort possible pour attirer l’attention d’autres personnes 

• Ne résistez pas, donnez votre sac ou portefeuille, inutile de prendre des risques

• Le cas échéant, faites bloquer dans les plus brefs délais vos cartes bancaires et documents d’identité via les numéros d’appel Card Stop (070/344.344) et Doc Stop (0800/2123.2123) ainsi que votre GSM via votre opérateur de téléphonie.

• Déposez plainte au poste de police le plus proche, vous aurez la possibilité de donner certains détails à propos de l’agresseur et du mode opératoire ainsi que les références des cartes ou objets dérobés afin qu’ils soient signalés «à rechercher».

 

Véronique MONTEFORTE

Licencié en Criminologie,

Conseiller en prévention vol, Zone de police Flowal

Source: secunews.be ©

 

 

Vols par ruse : précautions avant une visite suspecte 

Les auteurs de vols par ruse prétextent un service (téléphoner ...) ou de pseudo-qualités (enquêteur, ...) pour s'introduire dans votre domicile et y dérober de l'argent ou des objets de valeur. Quelles mesures préalables puis-je prendre ?

  

IBS

© Kato Peeters

 

 

Le mode opératoire des vols par ruse est très diversifié : se présenter au domicile en tant que bénévole d'une association, demander à téléphoner ou un verre d'eau, prétexter un malaise, ou bien proposer ses services et des produits à vendre, prétendre être un agent d'une société des eaux ou d'électricité voire un policier en train d'enquêter à la suite de vols dans le quartier, etc.

Avant d'aborder les réactions efficaces à suivre par nos aînés en cas de visite suspecte à leur domicile, relevons ici les mesures de précaution fort utiles que les personnes âgées vivant souvent seules, peuvent prendre AVANT de se trouver en présence d’un visiteur inconnu.

Les seniors ne sont évidemment pas les seules victimes de ce type de vol mais ils sont plus souvent visés par les auteurs parce qu'ils peuvent être en général plus facilement abusés par l'insistance ou la prestance de leur interlocuteur ou même, dans certains cas, être rassurés par la présence d'un soit-disant enquêteur ou policier.

 

Réduire les risques de vol par ruse : que faire au préalable ?

• L’isolement est un facteur d’insécurité. Restez en contact régulier avec vos voisins ou des associations. Si un programme de surveillance de quartier n’existe pas, convenez avec vos voisins d’échanger vos numéros de téléphone et d’une surveillance mutuelle de vos résidences ;


• Assurez-vous que vos entrées sont bien éclairées et que votre porte est munie d’un système de fermeture fiable. Faites aussi installer un judas et une chaîne à la porte d’entrée ;


• Dans la mesure du possible, gardez votre porte d’entrée toujours bien verrouillée ;


• N’inscrivez pas vos noms et adresse sur votre trousseau de clefs ;


• Ne laissez pas apparaître sur votre boîte à lettres, votre porte ou la liste des occupants de l’immeuble, que vous vivez seul ou que vous êtes retraité. Evitez par exemple les mentions : madame, mademoiselle, veuve, etc. ;


• Evitez de disposer d’importantes sommes d’argent à la maison. Faites marquer et photographier les objets de valeur que vous gardez chez vous ;


• Ayez toujours à portée de main les numéros de téléphone de personnes qui peuvent intervenir rapidement en cas de nécessité : voisins, amis, police, famille ...

 

Christian Arnould
Commissaire divisionnaire er

Source: secunews.be

 

 

Laisser son enfant seul à la maison : à partir de quand ?

Tous les parents se retrouvent un jour ou l’autre confrontés à cette question : puis-je laisser mon enfant sans surveillance ? Est-il capable de bien réagir en cas de problème ? Comment le préparer et ensuite évaluer la situation ? 

Pour y répondre, plusieurs facteurs sont à prendre en considération : le niveau de maturité de l’enfant, le degré de sécurité de l’environnement, la fratrie, la fréquence et la durée de l’éloignement. Dans tous les cas, il est recommandé d’évaluer les capacités de l’enfant à rester seul et de le préparer au préalable.

 

IBS

© Patrick Decorte

 

Observer les aptitudes de l’enfant

Avant de laisser un mineur sans surveillance, il faut s’assurer qu’il en a les capacités et notamment que l’enfant :

- n’a pas tendance à prendre des risques inconsidérés ;

- comprend et respecte les règles imposées ;

- tient ses distances vis-à-vis des étrangers ;

- n'est pas trop vite déstabilisé par un incident imprévu.

 

Prenez le temps de discuter calmement avec votre enfant avant de tester s'il est capable de rester autonome ou pas. Encouragez-le à dire ce qu'il ressent avant de rester seul et parlez-lui également à votre retour, laissez-le exprimer ses sentiments et le ressenti de son expérience.

 

Les connaissances indispensables

- Le numéro de téléphone à former en cas d’urgence ;

- Si c’est possible, l’adresse d’un voisin chez qui il peut se rendre en cas de problème ;

- Dans tous les cas, l’enfant doit avoir compris et intégré des consignes précises lors de certaines situations : que doit-il faire s’il sent une odeur de fumée ? Si un inconnu sonne à la porte ? Si quelqu’un vous demande au téléphone ?

Pour vous assurer qu’il les a bien assimilées, vous pouvez vous entraîner à l’aide de jeux de rôle.

- Donnez-lui également des limites claires quant à ce qu'il peut faire ou non : regarder la TV, utiliser l'ordinateur, sortir dans le jardin, etc.

 

Préparer la première sortie

Si possible, vous le préparerez progressivement à rester seul, en quittant votre domicile durant de courtes périodes afin de le tester. Vous lui renouvellerez à chaque fois brièvement vos recommandations avant de le laisser sans surveillance.

 

En outre, avant chaque départ, quelques conseils à suivre :

- Affichez les numéros d’urgence près du téléphone, y compris le vôtre ou celui d’une personne qu’il peut appeler si vous n’êtes pas joignable (grands-parents, …) ;

- Pour un jeune enfant, préparez une liste de tâches ou de choses qu’il peut faire s’il s’ennuie ;

- Assurez-vous que rien de dangereux ou de tentant ne soit à sa portée dans la maison : alcool, cigarettes, médicaments, clés de voiture, allumettes,…

 

Dites-vous que laisser un enfant seul, c’est une bonne manière de le responsabiliser. Mais si vous estimez qu’il est encore trop tôt ou si vous sentez que l’enfant ne le souhaite pas, ne forcez pas. Renseignez-vous sur les activités parascolaires offertes par l’école ou envisagez la possibilité de faire appel à une baby-sitter.

  

Michèle ORBAN

 

Source: secunews.be ©

 

A propos

IBS existe depuis plus de 35 ans. La société fut fondée dans le souci d'apporter à ses clients une sécurité optimale.

Avec de nombreux collaborateurs et installations à travers tout le territoire national, IBS est un des principaux acteurs sur le marché belge en matière de sécurité.

N° d’entreprise : BE 0426.405.367
N° du ministère de l’intérieur : 20046630
N° agréation incert Intrusion : A-0024
N° agréation Incert Vidéo : VA-0024

Contact

Avenue Mercator 1

1300 Wavre

Téléphone: 0800 20 199

Email: info@ibs-security.be