Evénements sous chapiteau : l’analyse des risques indispensable

Les exemples de drames dans des salles de spectacle et de fête bondées ne manquent malheureusement pas, mais que penser des mêmes fêtes organisées sous tente ? Dans les structures en toile, où le caractère temporaire augmente les risques, le respect d'un ensemble de mesures de prévention s'avère indispensable tant au niveau des caractéristiques de la structure et des matériaux que des équipements, des activités ou de l'organisation.

  

Chapiteau IBS

© Jean-Pierre Ruelle

 

 

Qu’entend-on par «chapiteau» ?

Les conseils évoqués dans cet article et détaillés dans le dossier de l’ANPI s’appliquent à toute structure constituée en tout ou en partie de couvertures souples, implantée pour une durée maximale de 6 mois. Il s’agit par exemple de tentes, de chapiteaux, de structures et d'ensembles de toiles tendues.

 

Quels risques potentiels ?

Qu’il s’agisse de spectacles, de cirque, de foires commerciales, d’expositions ou de fêtes, les activités temporaires, régulièrement organisées sous tente, présentent des risques potentiels :

- une structure très légère qui peut s'écrouler sur les occupants;

- une implantation temporaire dans une zone plus ou bien moins aménagée;

- la présence de grande quantité de matériaux légers et combustibles;

- un espace encombré de stands, de sièges;

- la présence d'une foule peu familiarisée avec les lieux.

 

Des règlements communaux assortis d'une analyse des risques

Face à la multitude d'activités et donc de risques différents, il est important d'envisager la sécurité dans son ensemble et d'adapter au cas par cas les mesures de prévention. Rappelons que les chapiteaux ne font pas l'objet d'une réglementation nationale ni même régionale et restent très souvent de la responsabilité des autorités communales. Il importe donc, pour chaque événement, de vérifier les critères mis en place dans la commune.

L'analyse préalable des risques et l'étude des mesures de sécurité à envisager sont indispensables et doivent associer autorités communales, assistées ou non des services de secours (pompiers, aide médicale, police), et organisateurs. Il s’agit, à cette étape, de tenir compte de tous les paramètres de sécurité, notamment de la stabilité des structures et des gradins, des conditions climatiques susceptibles d’entraîner leur chute, des mouvements de foule, etc.

 

Analyse de risques : éléments à prendre en compte

- L’implantation : les voies d’accès, l’environnement,…
- La construction : le montage, l’ossature,…
- Les issues et sorties de secours
- L’aménagement : le mobilier, les gradins, les stands, la décoration,...
- Les équipements : les appareils chauffants, les installations électriques, l’éclairage, les installations de sonorisation,…
- La signalisation
- La prévention et la lutte contre les incendies : dispositifs d'alarme, équipements d'extinction, mesures de prévention,…
- L’organisation interne : les procédures d’urgence, l’information au personnel et au public, les services de secours,…
- Le contrôle et les autorisations

 

Il serait trop long de détailler dans cet article chaque point sous son angle technique. Cet examen, ponctué de nombreuses réflexions, est une des composantes de la brochure ANPI.

 

Focus sur les équipements techniques

Tous les appareils techniques doivent être en bon état, conformes aux normes et être régulièrement vérifiés par une personne responsable. L’organisateur tiendra le personnel au courant des modes d’emploi et d’entretien des différents équipements. Exemples : appareils électriques et au gaz (en bouteilles), de cuisson, de chauffage, d'éclairage, de sonorisation ou d'effets spéciaux.

Tous les équipements et machineries doivent répondre aux exigences légales d'installation et d'utilisation, respecter les normes de sécurité les plus sévères et notamment être dotés d'un dispositif d’arrêt ou de coupure d’urgence facilement accessible.

Tout appareil et activité générant des flammes ou des températures élevées - comme les appareils de cuisson ou certains modes de chauffage à résistance apparente - seront interdits à l'intérieur de la structure. On rappellera que les installations électriques – ce qui implique aussi les tableaux, les câbles et les raccordements des appareils - doivent obligatoirement être conformes au RGIE.

La sécurité des rassemblements sous chapiteaux dépend donc surtout de la bonne application des normes de sécurité. Un second article résumera les recommandations utiles pour les responsables impliqués dans l’organisation de ces événements..

 

Jeanine DRIESSENS, Documentaliste, ASBL ANPI,
Michèle ORBAN, Information Broker

 

Source: secunews.be ©

 

A propos

IBS existe depuis plus de 30 ans. La société fut fondée dans le souci d'apporter à ses clients une sécurité optimale.

Avec de nombreux collaborateurs et installations à travers tout le territoire national, IBS est un des principaux acteurs sur le marché belge en matière de sécurité.

N° d’entreprise : BE 0426.405.367
N° du ministère de l’intérieur : 20046630
N° agréation incert : A-0024b

Contact

Avenue Mercator 1

1300 Wavre

Téléphone: 0800 20 199

Email: info@ibs-security.be