Les jeux vidéo rendent-ils les jeunes violents ?

 

La question du lien entre la violence et la pratique des jeux vidéo inquiète. Il n’est pas rare d’entendre après certains drames tels que des tueries ou des prises d’otages que l’auteur était accro à des jeux violents et que cela l’aurait poussé à passer à l’acte. Ces craintes sont-elles fondées ?

 

vol voiture IBS

© Patrick Decorte



Un phénomène qui inquiète

Les combats et les agressions sont fréquemment mis en scène au sein des jeux vidéo. De plus, avec les progrès infographiques, le détail de la violence des blessures infligées aux adversaires est d’un réalisme étonnant. Dans la plupart de ces jeux qualifiés de « jeu à la première personne », le joueur voit ce qui se passe à travers les yeux de son personnage, ce qui favorise l’identification à l’agresseur et l’immersion dans le scénario joué en fragilisant la barrière entre jeu et réalité.

La frontière entre monde réel et monde virtuel peut sembler claire : elle est définie matériellement par l’environnement dans lequel le joueur évolue (scène de jeu représentée à l’écran) ou encore le temps limité de la partie. Cependant subsiste la crainte d’un débordement du jeu dans la vie réelle. Le joueur serait dès lors dans la confusion de ces deux mondes et pourrait se comporter dans la réalité avec autant de violence que dans ses jeux.

 

Des études scientifiques mitigées

Jouer répétitivement à des jeux où l’on passe le plus clair de son temps à tuer toute personne que l’on rencontre pose la question de savoir si ce type d’activité risque d’exacerber la violence des jeunes et de contaminer leurs comportements sociaux au quotidien. De nombreuses études ont été menées sur le sujet mais leurs résultats sont pour la plupart divergents, ce qui ne nous permet pas de trancher la question.

D’une part, certains travaux de recherche ont montré que l’exposition à des jeux vidéo violents peut augmenter les pensées hostiles et les comportements agressifs et ce, au-delà du terme de l’expérimentation. Cependant ces études comportent des limitations : les observations avaient toutes lieu en laboratoire et les jeux vidéo étaient imposés aux jeunes qui n’y auraient peut-être pas joué spontanément. En effet, le choix de jouer à un jeu vidéo violent donne des indications sur l’état émotionnel du jeune.

D’autres études montrent au contraire que le fait de se défouler virtuellement peut être le signe d’un besoin de canaliser des émotions négatives comme de la colère et peut jouer un rôle plutôt protecteur. En effet, l’émotion s’exprime et est symboliquement mise en scène au sein du jeu.

 

 

Les bénéfices des jeux vidéo

Les dangers liés aux jeux vidéo sont souvent mis en avant par certains médias ou des parents inquiets mais il est important de garder à l’esprit que des études scientifiques ont pu mettre en évidence certains points positifs :

Tout simplement se divertir et éprouver des émotions positives.

Parvenir à gérer plusieurs tâches simultanément (chatter, déplacer son personnage avec la souris et le clavier) et améliorer les capacités de résolution de problèmes.

Explorer sa créativité et approfondir ses compétences informatiques.

Booster l’estime de soi lorsque l’on atteint des objectifs personnels et/ou que l’on reçoit de la reconnaissance de la part d’autres joueurs.

Développer sa coordination motrice, ses habiletés spatiales et sa rapidité de réaction.

Apprendre à faire face à ses émotions et exprimer symboliquement sa violence ou son agressivité.

Eprouver un sentiment positif de compétition et accepter certaines normes et règles sociales.

Améliorer ses contacts sociaux et sa capacité à travailler en équipe.

Explorer plusieurs registres identitaires et jouer un rôle de rituel initiatique nécessaire au passage de l’adolescence vers l’âge adulte.

 

Des jeux vidéo thérapeutiques

Les jeux vidéo sont également utilisés comme moyens thérapeutiques dans plusieurs domaines différents :

L’ergothérapie : notamment dans le handicap physique, les troubles des apprentissages ou les perturbations émotionnelles.

Dans le développement social et communicationnel : chez les personnes ayant des troubles du développement (retard mental ou autisme).

Dans les troubles de l’attention et de l’impulsivité : les jeux vidéo sont utilisés comme outils éducationnels.

En psychothérapie : afin de développer les relations, encourager la motivation, exercer des comportements de coopération, exprimer des comportements agressifs virtuels, améliorer l’estime de soi.

 

Conclusion

Les recherches sur le sujet restent contradictoires et ne démontrent pas de liens directs entre la violence à l’écran et les comportements violents. Deux points de vue coexistent : le jeu vidéo en tant que valeur cathartique qui permet à la personne d’exprimer son agressivité virtuellement et non dans le réel et le jeu vidéo qui au contraire, induirait des passages à l’acte dans le quotidien.

La réalité reste complexe à appréhender. Ce qui est certain par contre, c’est que les jeux vidéo ne peuvent pas à eux seuls expliquer des comportements violents. En effet, le passage à l’acte agressif s’explique avant tout par l’histoire de la personne et son environnement à la fois familial, éducatif et social.

Il reste donc essentiel de comprendre quelle place occupent les jeux vidéo à caractère violent dans la vie courante du jeune et de pouvoir en parler librement avec lui. En parallèle les normes PEGI restent un bon indicateur afin de prévenir l’exposition d’enfants immatures sur le plan psychique à des scènes trop violentes. Si malgré tout un doute persiste, il est possible de faire appel à un spécialiste afin de faire le point sur la situation.

  

Mélanie SAEREMANS

Psychologue- Psychothérapeute

Source: secunews.be ©

 

A propos

IBS existe depuis plus de 30 ans. La société fut fondée dans le souci d'apporter à ses clients une sécurité optimale.

Avec de nombreux collaborateurs et installations à travers tout le territoire national, IBS est un des principaux acteurs sur le marché belge en matière de sécurité.

N° d’entreprise : BE 0426.405.367
N° du ministère de l’intérieur : 20046630
N° agréation incert : A-0024b

Contact

Avenue Mercator 1

1300 Wavre

Téléphone: 0800 20 199

Email: info@ibs-security.be