Les fenêtres et portes-fenêtres de mon habitation sont-elles sécurisées ?

 

Compte tenu des modes opératoires les plus fréquemment utilisés par les cambrioleurs (pesées, bris de vitre, vol à la "chignole" et ses variantes), des recommandations bien utiles pour sécuriser les (portes-) fenêtres neuves ou déjà existantes.

 

prevention cambriolage ibs

 © IMPACT 360



Recommandations pour les nouvelles fenêtres

Le niveau de résistance d’un châssis à l’effraction dépend de la qualité de ce dernier, de la quincaillerie, des poignées, du vitrage et de son placement.

- Quincaillerie de sécurité :
la quincaillerie doit être en acier. Des pennes à tête de champignon et des gâches de sécurité adaptées doivent intégrer tout le pourtour de la fenêtre. Lors de la fermeture de celle-ci, les pennes coulissent et s’insèrent dans les encoches des gâches correspondantes.

But : empêcher l’ouverture de la fenêtre à l’aide d’un tournevis ou pied-de-biche (pesées).

- Poignée à clé :
les poignées à clé se placent sur les châssis du rez-de-chaussée ainsi que sur ceux des étages accessibles via l’escalade d’un muret, d’une gouttière, de meubles de jardin…. La clé devra être systématiquement retirée de la serrure.

Cela permet de limiter les risques de vol à la chignole, la manipulation directe des pennes ou encore l’ouverture de la fenêtre après un bris partiel de vitre.

- Verre feuilleté :
il s’agit d’un vitrage de sécurité composé de deux ou plusieurs feuilles de verres assemblées par un ou plusieurs intercalaires de matière plastique, souvent du polyvinylbutyral (PVB). Un vitrage retardateur d’effraction se compose au minimum de 4 couches de PVB.

Les intercalaires retiennent les éclats de verre en cas de casse et assurent une solidité supérieure au vitrage qui peut difficilement être brisé mais néanmoins percé.

- Le placement :
le châssis sera solidement fixé à la maçonnerie à l’aide de pattes de fixation (pas uniquement avec de la mousse à expansion). Les lattes à vitrage doivent être fixées du côté intérieur du châssis.

 

Sécuriser les fenêtres existantes

- Poignées à clé et verrous à appliquer ; 

- Les tringles de fenêtre multipoints en «applique» allient les caractéristiques de la poignée à clé et des verrous supplémentaires en applique. Les points de verrouillage des parties supérieures et inférieures sont actionnés par le maniement de la poignée.

- Barres de fenêtre : placées en travers de la fenêtre et enchâssées dans la maçonnerie, elles empêchent l’ouverture de la fenêtre vers l’intérieur et préviennent donc les vols de type «chignole».

- Renforts de paumelles : le côté charnière de la fenêtre est souvent négligé, il mérite cependant d’être sécurisé afin de restreindre le risque de dégondage.

- Grillages extérieurs : solidement fixés à la maçonnerie, ils peuvent sécuriser les fenêtres accessibles des pièces nécessitant une aération régulière (buanderie, SDB, …). L’écart entre les barreaux n’excèdera pas une dizaine de centimètres.

- Feuille opacifiante : un verre opacifié à l’aide d’une feuille statique ou collante place vos objets à l’abri des regards indiscrets tout en permettant un apport de lumière. Idéal dans les garages, buanderies, …

 

Bon à savoir

- La sécurisation d’une fenêtre doit s’envisager de manière globale, renforcer un seul élément n’assurera pas une protection optimale.

- Pour un voleur, une fenêtre en oscillo-battant équivaut à une fenêtre ouverte.

- Si la fenêtre ne doit pas être ouverte, le placement d’un châssis fixe peut être envisagé.

- Système D : la sécurisation d’une porte fenêtre coulissante peut se faire en plaçant un profilé solide dans le rail afin d’en bloquer l’ouverture.

- Afin de lutter contre le phénomène du cambriolage (un peu plus de 50.000 cambriolages en Belgique en 2018), les autorités belges (à l’initiative du Ministre de l’Intérieur) ont mis sur pied un label belge BENOR/i3 (i=intrusion et 3=minimum 3 minutes de résistance suivant un protocole d’essais) qui assure aux éléments de façade d’un immeuble (éléments tels que porte d’entrée, fenêtre, vitrage, quincaillerie, porte-fenêtre) un minimum de 3 minutes de résistance face à une tentative d’intrusion.

Ce label BENOR/i3 fait référence aux normes européennes EN 1627 à EN 1630. Il s’agit d’une classe de résistance 2 (CR2). Le châssis, la quincaillerie (ergot à tête champignon et gâche en acier, poignée à clé) ainsi que le vitrage feuilleté doivent répondre dans leur ensemble à des tests conférant une résistance de minimum 3 minutes.

Contactez le conseiller en prévention vol de votre commune ou zone de police. Il réalisera une étude de sécurisation de votre maison gratuitement et sans engagement de votre part.

 

Véronique MONTEFORTE

Licenciée en Criminologie
Conseiller en prévention vol, Zone de police Flowal

 

Source: secunews.be ©

 

A propos

IBS existe depuis plus de 35 ans. La société fut fondée dans le souci d'apporter à ses clients une sécurité optimale.

Avec de nombreux collaborateurs et installations à travers tout le territoire national, IBS est un des principaux acteurs sur le marché belge en matière de sécurité.

N° d’entreprise : BE 0426.405.367
N° du ministère de l’intérieur : 20046630
N° agréation incert Intrusion : A-0024
N° agréation Incert Vidéo : VA-0024

Contact

Avenue Mercator 1

1300 Wavre

Téléphone: 0800 20 199

Email: info@ibs-security.be